04 juillet 2019

j’ai oublié de compter les prunes !

Putain ! J’ai oublié de compter les prunes, l’autre jour ! Merde, merde, merde ! Et puis maintenant, c’est un peu tard pour revenir en arrière. Il faut dire qu’avec cette histoire de triste abandon, j’ai dû avoir la tête ailleurs et je me suis un peu déconcentré sur le reste. C’était bien la peine qu’on les pèse les prunes si on ne sait pas à quoi correspond sept kilos deux cents grammes moins la bassine qui les contenait. Mettons que cette dernière pèse 200 grammes, à vue de nez de balance, ça faisait sept kilos de... [Lire la suite]

01 mai 2018

grève du premier mai

Aujourd’hui, premier mai deux-mille dix-huit, je ne publie aucun billet car je suis en grève. Et comme c’est la journée sans pléonasme, je jure que je n’en ferai aucun. Un peu de respect, merde ! Zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle,... [Lire la suite]
27 octobre 2016

vous savez quoi ? Je ne suis pas là

Vous savez quoi ? Je ne suis pas là. Je ne serai pas là de toute l’après-midi. Je ne serai ni visible, ni joignable. Je serai aux abonnés absents et j’aurai donc forcément tort mais je m’en fous. Je ne suis là pour personne. Je m’octroie une réclusion de trois à quatre heures. Une retraite qui n’a rien de celle que j’attends mais une retraite spirituelle et organique. Envie de ne parler à personne. Pas même digne de ce nom. Envie de ne voir personne. Pas même un animal, quel qu’il soit. Même pas sûr d’avoir envie de la radio en... [Lire la suite]
12 mai 2015

beaucoup de bruit pour rien

Pourquoi faut-il donc toujours que les emmerdeurs qui nous emmerdent avec l’ersatz de musique qu’ils écoutent sur leur téléphone portable n’écoutent que de la merde ? Oui, je sais, ça fait trois fois le mot merde dans un seul paragraphe (quatre, maintenant) et pour ne pas rester sur un chiffre pair, je vais le redire, merde, voilà, c’est fait. Avec un peu de chance, ça me portera cinq fois plus bonheur d’avoir marché cinq fois dedans.  Vous l’avez constaté, je suis énervé. Oui. Très énervé. Parce que tout à l’heure, en... [Lire la suite]