08 février 2021

mon nouveau testament

Je vais modifier mon testament en cours afin d’y ajouter une clause importante et impérative, une condition sine qua non : je veux mourir de rire. Je refuse toute autre forme de décès : pas plus d’une longue et terrible maladie que d’une courte et rigolote. Je ne veux pas non plus mourir d’un accident de la route, de train ou d’avion. Je n’ai pas envie de faire partie d’une liste de victimes malheureuses. Non, j’ai envie de mourir d’une façon originale. Non pas spécialement pour que ça soit remarqué par le reste du commun... [Lire la suite]

18 décembre 2020

des trous de mémoire

J’ai des trous de mémoire et je ne sais pas comment faire pour la rapiécer… Pour rapiécer quoi, déjà ? Ah oui, ma mémoire ! Décidément… Les différents toubibs que j’ai pu consulter à cause de ça m’ont confirmé que ce n’était pas grave, juste embêtant car tous les… Tous les… Tous les trucs, là, qu’on fait, pour savoir, tous les… Tous les tests étaient négatifs. Je n’avais aucune maladie de la tête, oui, neurologique, c’est ça, c’est probablement juste dû au stress. Peut-être aggravé par le confinement à cause du virus, là, la... [Lire la suite]
22 août 2020

un légume presque oublié

Vous voyez, le monsieur sur le fauteuil roulant, avec un plaid, là-bas ? Il n’est pas handicapé, il a juste un peu pété les plombs et plus personne n’arrive à le faire bouger ni à le faire parler. Il n’émet que quelques borborygmes, quelques gémissements ou quelques râles mais rien de plus. Et on sait qu’il n’est pas devenu invalide, physiquement parlant mais il refuse de se lever, de marcher ou autre. On est obligé de s’occuper de lui comme s’il était tétraplégique alors qu’il n’en est rien. C’est probablement une maladie... [Lire la suite]
09 octobre 2018

Eugénie va exaucer trois vœux pour moi

Ce n’est pas un garçon qui est sorti de ma lampe de chevet, cette nuit, quand je me suis réveillé et que je l’ai frottée car je trouvais qu’elle éclairait bien faiblement. Non, c’est une espèce de princesse orientale avec un nom totalement européen : Eugénie. « Bonjour, je m’appelle Eugénie et je suis là pour exaucer trois vœux rien que pour vous, cher Stéphane ! » Ah bon, elle connaissait mon nom ? J’ai voulu vérifier si ce n’était pas pour une caméra cachée mais non, apparemment non. Et véritablement non... [Lire la suite]
17 septembre 2018

assistant coupeur de tête

Revenir de vacances, comme dit Mymy, c’est dur, surtout les dix premiers mois. Sauf que moi, avec un peu de chance, ce seront mes dernières vacances d’été. Non pas que je sois en phase terminale d’une longue et triste maladie, ni même d’une courte et rigolote maladie mais parce que si tout va bien, d’ici fin décembre, voire fin mars, je pourrais peut-être partir de là où je travaille. Partir loin, sans me retourner. Très loin. Et tous ceux qui y resteront me regretteront. Ça vaut bien ça. Sinon, ce n’était pas la peine. Non, non. ... [Lire la suite]
28 juillet 2018

et si le petit Chaperon rouge et le loup avaient des trous de mémoire ?

Le petit Chaperon rouge venait de partir pour rendre visite à sa mère-grand, dans une maison pour gens atteints d’une maladie qu’on n’osait pas vraiment citer de peur d’être contaminé rien qu’en disant son nom, le plus simple étant de l’oublier systématiquement, son nom. Ce qui n’était pratique que pour les malades eux-mêmes mais pour les autres, l’oublier, c’était un peu dangereux car il ne fallait pas, en plus, oublier d’aller rendre visite à ses proches, quand on en avait qui étaient atteints et qui n’avaient pas pu rester... [Lire la suite]

05 août 2017

sens interdit

Un panneau de sens interdits, ça veut dire qu’on n’a pas le droit de ressentir quoique ce soit de plaisant dans certaines situations : Devant les feux de forêts qui éradiquent notre nature comme si elle avait bien besoin de ça. À se demander si on ne devrait pas voter une loi du Talion dans certains cas : tu aimes le feu, tu aimes allumer des brasiers dans des arbres en plein été ? Tu n’as pas conscience que c’est gravissime ? Tu es puni et tu te verras brûler au deuxième degré sur tout le corps pour t’apprendre... [Lire la suite]
02 février 2017

la poésie comme cache-misère

Hier, j’ai présenté un poème à la place d’écrire un billet. Car parfois, quand vraiment ça n’est pas possible, quand je sais, quand j’ai compris que je ne pourrai rien écrire, il me reste la poésie. Et j’ai le choix entre vous faire lire celui composé par quelqu’un d’autre (connu ou non) ou un que j’ai moi-même écrit, puisque je m’y suis remis (surtout en fin d’année dernière, d’ailleurs) mais hier, je n’avais pas la tête à même reprendre une de mes créations, je n’avais la caboche qu’à ses vieilles douleurs, qu’à sa migraine,... [Lire la suite]
08 octobre 2016

tueur en série

Encore ce matin, au bureau, j’étais encore moins d’humeur que d’habitude, avec ma migraine naissante et je ne me suis pas privé de me venger sur elle. Elle n’avait qu’à pas être là à cet instant précis. Au mauvais endroit et au mauvais moment. Il y en a pour qui ça n’est vraiment pas de chance. D’autres traversent la vie sans catastrophe majeure et certains (peut-on les appeler les élu(s) ?) se voient perdre leur vie en pleine force de l’âge. Non pas d’une grave et longue maladie, non pas d’un accident de la route et encore moins... [Lire la suite]
28 septembre 2016

embrasser sa poule

Décidément, je trouve que les informations insolites le sont de plus en plus, insolites. C’est à se demander si les gens concernés ont toute leur tête. S’ils ne l’ont pas laissée dans un réseau social, vous savez, un de ceux que tout le monde fréquente. Du genre de celui dont le nom commence par Face et finit par Book (je persiste à ne jamais donner le nom des marques que je ne consomme pas car il n’y a pas de raison à ce que je leur fasse de la publicité sans compensation matérielle ou financière, après tout, hein ?...) pour ne... [Lire la suite]