19 décembre 2020

visite de courtoisie

Bonjour, il y a longtemps que je voulais venir te voir mais tu sais comment c’est, hein ? Le temps passe, on n’en a pas assez, de temps et puis, un confinement en chassant un autre, on se retrouve déjà en fin d’année et là, je me suis dit, Stéphane, vas-y, c’est le bon moment, l’approche de Noël et tout et tout pour rendre visite aux gens qu’on a un peu délaissés. Beaucoup délaissés. Mais tu sais, vraiment, je ne voulais pas venir t’embêter et comme tous les matins, je vais à Cabirol, les après-midis, je reste chez moi, j’obéis... [Lire la suite]

11 mai 2020

c’est quoi, ce masque, par terre ? (billet partiellement déconfiné)

Hep, oui, hep ! Vous, là, devant, vous avez fait tomber votre masque par terre ! Je l’ai pas fait tomber, je l’ai jeté, j’en ai plus besoin ! Vous l’avez jeté par terre ! Mais pourquoi vous l’avez jeté  par terre ? Parce qu’il est dégueulasse et que j’en ai plus besoin, tiens ! Mais pourquoi vous ne l’avez pas jeté dans une poubelle ? Parce que je voulais plus y toucher, c’est trop dégueulasse ! Mais vous auriez pu attendre d’être chez vous pour le jeter, vous en aurez peut-être encore... [Lire la suite]
13 avril 2020

allo, t’es en confinement ? (billet non garanti sans coronavirus)

Allo, bonjour, c’est moi. Bonjour, c’est moi aussi. Ça va ? Bof et toi ? Bof aussi. Tu sais, en ce moment, on n’a pas le choix, si on n’est pas malade, il faut bien que ça aille. Ouais, moi aussi. C’est vrai que cette période de confinement n’a pas élevé le niveau des communications entre les gens, globalement parlant, j’entends. En temps normal, celui d’avant, qu’on ne retrouvera peut-être  jamais plus vraiment, on avait déjà un niveau assez bas, quand on entendait des gens parler à d’autres, dans leur portable,... [Lire la suite]
08 mars 2020

rien

Exceptionnellement, il n’y aura aucun billet aujourd’hui vu que je n’ai rien à dire. Il n’y a rien qui me vient à l’esprit et comme je sais que je peux ne pas être bon du tout dans ces cas-là, je ne vais pas m’obstiner ni m’acharner sur l’idée même de publier un texte comme si c’était vital pour moi. Car cela ne l’est pas du tout, bien au contraire. Je vis très bien sans rien à publier. Non, pardon, je rectifie : je vis bien sans rien à publier. Non, ça ne va encore pas : je vis sans rien publier. Mouais, on va dire que... [Lire la suite]
13 novembre 2019

vous voulez que je vous tutoie, d’accord, mais il faut que je vous dise d’abord…

Depuis avant-hier, je forme un petit jeune pour la promenade des chiens du soir. Normalement, je n’y allais que le dimanche matin pour accompagner le patron car les autres matins, une jeune fille a l’habitude de venir et le soir, c’est le patron qui s’en occupe. Mais là, depuis une bonne dizaine de jours, le patron (trois fois dans le même paragraphe ! Quand je vous dis que j’ai le sens de la répétition !) est malade et du coup, c’est moi qui m’y colle. Bon, quand il ne pleut pas, ça va, même si je patauge pas mal dans la... [Lire la suite]
24 août 2018

pile dans quatre mois !

Tous ceux qui me connaissent bien savent que je n’aime pas fêter Noël. Pourquoi ? Parce que. Parce que quoi ? Parce que parce que. Et débrouillez-vous avec cette réponse qui résume bien mon état d’esprit légèrement à cran dès qu’on évoque cette fête de l’indécence. Je ne vais pas redire et re-redire les arguments qui font que désormais, pour moi, Noël, c’est juste un moment où j’ai l’habitude de travailler encore un peu plus de nuit alors qu’on est en plein hiver et qu’on est mieux sous la couette. Mais cette année, je vais... [Lire la suite]

13 juin 2018

mal foutu par procuration

Dis-moi, Chouchou, j’ai dû choper un coup de froid qui passait par là, oui, et ça me fout un peu à plat. Je me demandais si tu ne pourrais pas le prendre pour toi afin que je retrouve une forme un peu meilleure. Parce que, tout compte fait, puisque je t’ai engagé à mon service et que je ne t’ai pas encore beaucoup sollicité, je pense que ça, ça entrerait pile-poil dans tes attributions. Et dans tes compétences. Tout le monde est capable d’être malade. D’avoir la crève. On n’a pas besoin de faire beaucoup d’études, pour ça. Et encore... [Lire la suite]
04 avril 2018

c'est comme ça et pas autrement

En gros, je n’ai pas le choix, si j’ai bien compris. C’est comme ça et pas autrement. C’est dommage. C’est vrai, ça, il aurait pu y avoir concertation et alors, les choses auraient pu se passer différemment mais là, non, manifestement, ce n’était pas le propos. Ni le but. Alors, contre mauvaise fortune, bon cœur, je n’ai plus qu’à incliner mais pas trop pour ne pas prendre le risque de tomber la tête la première dans une espèce de fosse ténébreuse. Tous les trous ne sont pas accueillants. Et qu’on n’aille pas imaginer que j’ai... [Lire la suite]
27 août 2017

trente-sept virgule deux

Il fait chaud, non ? On fait les paris ? Là, il y a quelqu’un qui propose trente-trois. Ça doit être un docteur. Il a peut-être envie de jouer. Moi, il y a longtemps que je n’ai pas joué au docteur et si ça devait m’arriver, là, aujourd’hui, subitement, je ne sais pas si je préfèrerais être le malade ou celui qui ausculte. Je doute. J’hésite. Je n’ai pas le courage de réfléchir plus loin que le bout de mon nez. Il fait un peu trop chaud et je n’ai envie d’aucun effort ni physique ni intellectuel. Là, on me balance... [Lire la suite]
16 novembre 2016

à perdre haleine

Je commence à être un peu essoufflé. Ça fait un moment que je cours. Un moment que je ne sais pas estimer. Je vais regarder l’heure à ma montre mais ça ne sert pas à grand-chose puisque je n’ai pas regardé l’heure à laquelle j’ai commencé à courir. C’est idiot mais dans la panique, on ne pense pas à tout. Je commence à être essoufflé parce que courir comme ça, à mon âge, ça n’est pas très raisonnable mais quand on a besoin de fuir, le plus vite possible, il n’y a plus de raison qui tienne, c’est juste l’instinct de survie. Il ne faut... [Lire la suite]