07 décembre 2016

avec Sophie Marceau

Je vous jure, je n’en reviens toujours pas de ce qui m’est arrivé. De qui j’ai rencontré. Si un jour on m’avait dit que Sophie Marceau serait assise en face de moi… je ne l’aurais pas cru et j’aurais même haussé les épaules en demandant qu’on arrête de se moquer de moi. Et pourtant, et pourtant… Sophie, Sophie Marceau, la Sophie Marceau, c’est bien Sophie Marceau dont il est question. Et probablement que même à elle, il peut arriver des choses inhabituelles. Pour ne pas dire étranges  - pardon ? J’ai dit étrange ?... [Lire la suite]

23 janvier 2016

aveuglément

Un coup de cœur pour trois pièces mais pas pour le reste. Un peu dommage de laisser 155 mètres carrés partir comme ça, d’un revers de manche mais il faut savoir raison garder, c’est bien beau de vivre dans un séjour magnifique après être passé par une entrée splendide et d’avoir une cuisine très agréable et presque assez grande pour y bien travailler mais pour le reste, les chambres, le bureau et tout ce qui est là-bas, derrière, non, pour moi, c’est impossible de me projeter. Déjà, rien que le lieu, cours Victor Hugo, quand je pense... [Lire la suite]
06 décembre 2015

VRSNSMVSVQLIVB

Je pense que tous ceux qui liront ce billet auront énormément de difficultés à en lire le titre mais se demanderont aussi ce que ça peut bien vouloir dire. Non, je n’ai pas appuyé sur des lettres de mon clavier au hasard. Non, tout est bien réfléchi et la réponse à cette énigme se trouve un peu plus loin, dans un paragraphe proche de la fin. Tout a commencé alors que j’avais besoin de comparer les deux recettes officielles du véritable tourteau fromager de chez moi, dans les Deux-Sèvres. Parce que j’en ai trouvé une dans un magazine... [Lire la suite]
10 février 2015

Pierre, Charlie et les autres dont de la gym

Quand j’étais plus jeune, Charlie aurait été un surnom qui m’aurait plus pour moi mais qui en aurait eu l’idée vu que ceux dont on m’a affublé, c’étaient Stephano, Steph et Fafane. Si encore je m’étais appelé Charles… mais en tout cas, Charlie, c’était le surnom idéal pour moi. Ou presque. Je ne sais pas, quelque chose d’exotique tout en restant proche de la France. Un peu anglais. Un peu british, quoi. Et ça faisait mec. Pour moi qui me sentais à l’image de ce que j’étais : un gringalet, ça aurait pu me donner confiance en... [Lire la suite]