29 juillet 2022

mémoires de mes fesses (4)

Ah, nous sommes bien contentes, nous deux. D’abord, Stéphane nous a permis de reprendre un peu la plume pour nous exprimer à sa place. Si nous avons bien compris, c’est un peu comme une récompense après quelques jours à nous faire subir quelques petits désagréments. Oh, rien de grave mais comme notre propriétaire ne s’est pas très bien senti plus haut, au niveau de sa gorge, si nous avons bien compris, il a été obligé de nous solliciter et nous, comme nous sommes deux bonnes filles, nous avons tout de suite accepté car si on n’est pas... [Lire la suite]

14 juin 2022

au hasard, Balthazar

Dimanche, on a voté, enfin, pas beaucoup de français ont voté mais on a voté. Et comme je l’ai laissé sous-entendre à la fin de mon billet d’hier, je manquais de motivation, cette fois. Je ne sais pas très précisément pourquoi. Je me doute pour ce qui en est des grandes lignes mais bon, je ne vais pas m’étaler dans des généralités qui ressembleront à des clichés, je préfère juste mettre un peu de légèreté dans tout ça et vous donner quelques indices quant à mon choix, qui n’a pas été celui du roi, pas même celui d’un prince, non... [Lire la suite]
16 février 2022

si j’avais su, j’aurais été danseur étoile

Oui, au lieu d’être un retraité somme toute un peu modeste (et encore, il y a bien pire que moi), je me dis que j’aurais peut-être mieux fait de choisir des métiers totalement différents, dans ma vie. J’aurais mieux fait d’être capable de prendre des virages à 180° pour m’éclater pleinement. Non pas que je ne me sois jamais plu dans les emplois que j’ai occupés car j’y ai moi-même mis de l’intérêt mais si j’avais été capable de faire comme le président, de changer du tout au tout en fonction de ce que la vie lui proposait : tour... [Lire la suite]
26 novembre 2021

parce que c’est toi et parce que

« Si on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant : parce que c’était lui, parce que c’était moi. » Tout le monde connaît cette phrase écrite par Montaigne à propos de l’amitié qui le liait à La Boétie, dans les Essais. Ce matin, j’ai envie de la faire mienne. Si on me demande pourquoi je t’aime, je ne pourrai répondre autrement qu’en disant : « parce que c’est toi et parce que c’est moi. » Mais parfois, je me demande si je ce n’est pas uniquement... [Lire la suite]
28 juin 2020

mais ce n’était pas mon anniversaire, hier !

Mais, Stéphane, ce n’était pas mon anniversaire, hier ! Pourquoi tu as écrit ce billet-là « pour ton anniversaire » ? C’est gentil et d’ailleurs ça m’a vachement étonné parce que, après toutes les vacheries que tu as écrites sur moi, depuis le 20 juin, qu’est-ce que tu as pu être méchant, sur mon physique et sur mon métier et sur tout ce qui me concerne, en fait. Vraiment, je finissais par penser que tu n’étais que dans la critique et que rien de bon ne pouvait sortir de toi. Mais qu’est-ce qui lui prend, à... [Lire la suite]
28 avril 2020

plus tout à fait seul au monde (billet contaminé au Covid 19)

Jusqu’à la mi-mars, soit un peu moins d’un an après avoir arrêté de travailler, j’aimais beaucoup me lever tôt et avoir l’impression d’être seul au monde. Seul dans mon monde. Surtout lors des dernières semaines avant le confinement, peut-être parce que je pressentais que les choses ne seraient plus jamais comme avant, mais quand je sortais de mon lit, vers 6h, c’était systématiquement avant le jour ne se lève lui-même. Je prenais mes granules homéopathiques, je préparais mes compléments alimentaires et je regardais dehors, je... [Lire la suite]

14 mars 2020

confidences de sous-vêtements

Finalement, je n’ai pas été surpris en écoutant l’allocution du président Macron, avant-hier soir. Je n’ai pas été surpris de l’entendre rendre hommage à tous les corps de métier du médical (à tous les corps médicaux ?) car, en réalité, outre le fait que c’est exactement ce que j’avais écrit, c’est également ce que je pensais déjà depuis un certain temps et ce n’est pas innocent si Emmanuel en a parlé. Je crois que cette fois, il m’a non seulement bien écouté mais il me semble qu’il m’ait bien compris. Qu’il ait bien compris le... [Lire la suite]
19 juin 2019

impairs, passe et manque

Je te jure, cher confrère contrôleur de blog, que celui que j’ai rencontré hier, pour un entretien de bonne santé mentale, m’a sidéré. Je suis tombé sur un cas pathologique qui pourrait fortement intéresser la science. Un cas unique. Il compte tout. Il compte les paragraphes, il compte les lignes, il compte les lettres (voyelles et consonnes), il compte la ponctuation et il s’arrange toujours pour que chaque total soit un chiffre ou un nombre impair, sinon, il en ajoute jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Cent une fois sur le métier, il... [Lire la suite]
27 mars 2019

et tu fais quoi, toi, Stéphane, dans la vie ?

Je ne connais personne à cette soirée, je n’aime pas spécialement ça mais je n’ai pas pu dire non au président, je ne peux pas faire comme lui, toujours dire non. Je n’aime pas ça car je suis resté un peu sauvage, surtout quand je ne connais pas les gens et parce que je ne sais pas quoi dire et aussi parce que je n’aime pas qu’on me demande ceci ou cela, ce que je fais dans la vie et tout et tout. « Et qu’est-ce que vous faites dans la vie, vous, Stéphane ? » Tiens, justement, qu’est-ce que je disais.... [Lire la suite]
21 août 2015

feu de tristesse

En juin, il est coutume de faire des feux de joie mais en ce 21 août 2015, c’est un feu de tristesse qui va crépiter tout à l’heure. Pour finir cette mauvaise semaine avec des flammes, comme pour procéder à une espèce de purification, faire table rase de ce qui s’est passé, n’en laisser aucune trace non pas pour tout oublier, pour oublier tout, non, bien au contraire mais pour repartir sur de l’avant comme le patron a dit à Pauline. The show must go on, la vie continue et on n’a pas le choix. L’énorme claque que nous avons prise cette... [Lire la suite]