26 décembre 2019

reichs arbeit dienst, wir füften liebe und seele (billet avec les restes de Noël)

Ouf, Noël est enfin passé et je peux vous dire que je n’ai pas été à la fête tous les jours avec cette fête d’origine judéo-chrétienne, devenue une célébration païenne du consumérisme et des pollutions en tous genres (ah tiens, le père Grincheux est toujours en moi !) et moi, alors qu’aujourd’hui, c’est mon anniversaire ma fête, je trouve ça incroyable que personne n’en parle, ni les médias pourtant habitués aux petites informations de fonds de tiroir, ni mon entourage qui n’en a cure que ce soit ma fête, ni même moi, hormis dans... [Lire la suite]

21 novembre 2019

dénigrement

Tout le monde se souvient du nombre de fois où François Hollande a été dénigré pendant son septennat. Je pense même que c’était la première fois qu’on manquait autant de respect à la fonction présidentielle. Et on appelait ça le Hollande bashing, traduction anglais du mot dénigrement, justement (deux mots qui finissent par « ment », en suivant, tiens, quelle surprise que cette consonance allitérative !...) Et le « bashing », comme on dit, dorénavant, ça marche pour tout. On parle de France bashing quand on... [Lire la suite]
08 novembre 2018

couleur jaune pisse-froid

Il y a comme une éclaircie, aujourd’hui. Ce qu’on pourrait appeler une embellie. Je parle de ce qui se passe dans le ciel et dans ma tête. Pas de ce qui se passe dans le pays car là, on ne peut pas dire qu’il fasse beau, bien au contraire. Et c’est plutôt heureux que cette migraine dont j’ai tu le nom, pendant deux jours, pour ne pas lui faire cet honneur de la citer (je peux le faire, aujourd’hui puisqu’il semble qu’elle soit allée se faire mettre ailleurs), c’est plutôt heureux, donc, que cette migraine soit venue polluer mon espace... [Lire la suite]
30 avril 2018

ce n'est pas moi qui l'ai dit

Je vous jure que ce n’est pas moi qui l’ai dit. Je ne sais pas qui c’est mais ce n’est pas moi. Si c’était moi, je le saurais, quand même et comme je ne suis pas du genre à me défiler (en tout cas, jamais le 1er mai mais pourquoi pas le 14 juillet ?) et en plus, quand on me dit de ne rien dire, de ne pas le répéter, je suis une véritable tombe. Ce qui se justifie par mon deuxième prénom : Pierre. Oui, parce que Pierre tombale (rien, à voir avec Arielle !) Non, mais en tout cas, même si je n’avais rien demandé, je suis... [Lire la suite]
17 février 2018

pas de petit nom ?

On les connaît tous, les Thénardier. Ces méchants parents des Misérables de Victor Hugo. Cette famille d’accueil qui n’aime que ses propres enfants et qui ne respectera jamais Cosette, que Fantine, sa mère, lui a confiée. Devant l’amour dont les parents témoignent à leurs deux filles, c’était très facile de croire que leur laisser un enfant en garde était la garantie que tout se passerait bien. Parce que dès qu’elle a eu le dos tourné, les Thénardier n’ont eu de cesse de jalouser, asservir et maltraiter la petite qui vivra dans la... [Lire la suite]
13 février 2018

elle a l'E dans l'A

Peut-être que c’était prévisible mais moi, je n’ai rien vu venir. Je fais partie de cette probable majorité qui lui aurait donné le Bon Dieu sans confession alors que si ça se trouve, elle est le diable incarné. Vous vous rendez compte ? Et si le diable, c’était elle ? Et si le diable était une femme ? J’imagine la tête stupéfaite des machos de tous bords. Mon Dieu (si vous existez), le diable serait féminin ! Oh la la, quand on pense à tout ce qu’on lui a mis sur le dos, à Satan ! Avec sa gueule d’ange pour... [Lire la suite]

10 décembre 2017

baroud d'honneur

Bon, puisque son cercueil a quitté la France, on va lui rendre un dernier hommage, pas du tout national, celui-ci, cette fois et après, je propose qu’on n’en parle plus pendant un certain temps parce que là, bon, ça va, quoi, non ? J’ai juste deux ou trois choses à préciser vu que j’ai pu passer pour un mauvais français qui n’a pas été plus ému que ça à l’annonce de la mort de qui vous savez et qui n’a pas regardé l’hommage populaire que le pays, qu’une partie du pays lui a rendu hier et qui n’est pas resté sur Paris non plus au... [Lire la suite]
07 décembre 2017

ni pour, ni contre mais zut, crotte, quoi

Je n’ai rien contre lui-même si je n’avais rien pour non plus. Je dis juste que trop, c’est trop. Je suis effaré de cette démesure qui n’a pas cessé de toute la journée d’hier. Les chaînes de télé et de radio monopolisées exclusivement autour de l’événement.  Programme unique pour tout le monde. Et pourquoi pas jusqu’à la fin de la semaine ? Le prochain match de foot retransmis à la télé pourrait n’être joué que sur une pelouse à l’effigie du rockeur mort. La messe télévisée de dimanche pourrait lui être consacrée. Tous les... [Lire la suite]
06 décembre 2017

hécatombe et limite mauvaise humeur

Pour ne pas savoir que Johnny Hallyday est mort, il faut vraiment être sourd et aveugle. Ou alors, vivre dans une grotte. Ou encore être dans le coma, et même là, je ne suis pas sûr que certaines ondes ne vont pas directement dans le cerveau de ceux qui sont concernés. Oui, parce que Johnny est mort. En même temps, hier, Jean d’Ormesson nous a quittés. De façon très élégante, comme toujours. Ça m’a fait quelque chose car pour moi, Jean d’O., c’était comme une étoile qui brillait de son intelligence et de sa fantaisie pour mieux nous... [Lire la suite]
03 avril 2017

celle qui aime où elle habite

Peut-être que d’abord, il y a eu Bardot. À la grande époque. La Bardot. Celle qui a été connu par la planète entière. Universellement. Un mythe, une beauté typique de ces années 60. Plantureuse tout en ayant la taille fine. Blonde et blonde et blonde. Actrice, chanteuse et grand défendeur des droits de tous les animaux. On oubliera certains dérapages de ces vingt dernières années pour ne garder que l’aura de la gloire qu’elle a connue car on a été fier d’elle. Après, dans un ordre qui pourrait plus être apparenté à du désordre, il y... [Lire la suite]