24 septembre 2019

chut, ne dites pas à mes parents que je ne suis pas leur fils

Chut, ne dites pas à mes parents que je ne suis pas leur fils, ils ne le savent pas… Maman, j’ai quelque chose à te dire mais je voudrais que tu t’asseyes, avant tout. Parce que j’ai un peu peur de ta réaction. Surtout, penses à bien respirer comme on t’a appris à le faire en cas d’émotions fortes et dis-toi bien qu’il n’y a rien contre toi dans ce que je vais te dire mais bon, comme je pense que l’heure est venue que toute la vérité soit enfin dite, elle est donc grave, l’heure. Ça va, tu es bien installée ? Je peux y... [Lire la suite]

31 mai 2019

journal rétrospectif d’aller (2/2)

10h58. Le train s’arrête en pleine et presque rase campagne. On nous demande de ne pas tenter d’ouvrir les portes. Certains, qui somnolaient, ouvrent un œil, leur inconscient leur ayant chuchoté que cet arrêt n’était pas prévu. D’autres, nombreux, font comme si de rien n’’était. Pas moi. 11h02. Il y a toujours un moment où l’attente, pendant un arrêt non prévu, nous devient anormale, brutalement à l’esprit. Un calme étonnant règne dans le wagon (pas en moi), un calme juste ébréché par le passage d’un contrôleur. La lumière... [Lire la suite]
23 mars 2019

requiem in pace

Stéphane, jusqu’au bout, tu auras lutté pour tenir le coup et tenir bon mais jamais pour un bon coup, quel dommage pour toi ! Aujourd’hui, tu nous quittes, tu nous as quittés et nous allons désormais apprendre à vivre sans toi mais au fond de nous, tu seras toujours un peu là même si, vers la fin, tu étais plutôt las tout en n’étant pas toujours vraiment là alors que là, tu ne seras plus là mais tu es où, pas là, mais tu es où, pas là, tu es où ? Ce matin, nous sommes réunis ensemble pour lui rendre hommage, pour honorer la... [Lire la suite]
07 mars 2018

tiens, il repleut !

Tiens, il repleut ! Oui, mais attention, il repleut peu ou il repleut plus qu’hier (et bien moins que demain ?) C’est dur à dire à voix haute, hein ? Il repleut plus. Tout comme s’il faisait soleil, on dirait, sans quelques difficultés, il ne repleut plus. D’ailleurs, ça pourrait presque porter à confusion, ce mot « plus » qui, un coup signifie beaucoup et un autre coup, qui veut dire que c’est fini. Et ça, c’est exactement ce qui se passe, depuis hier et surtout aujourd’hui : un coup, il repleut plus et... [Lire la suite]
03 mars 2018

un petit ver ?

Je n’ai jamais eu aucun intérêt particulier pour les vers de terre. Ça m’a même souvent plus dégoûté qu’autre chose et bon, aujourd’hui, j’aurais éventuellement tendance à les regarder avec une certaine curiosité avant de hausser les épaules et de tourner les talons, deux choses que le ver, lui, justement, ne pourra jamais effectuer. Comme quoi, j’ai au moins ça de supérieur à ce drôle d’animal qui lui, est capable de faire des trucs que moi, être humain banal et normalement constitué ne fera jamais. Comme de vivre dans le noir de la... [Lire la suite]
22 novembre 2017

est-ce possible de choisir sa tristesse ?

Ce serait vraiment dommage d’être triste un jour comme aujourd’hui : plein soleil dans un ciel immaculé bleu. Un bleu doux, un bleu tendre, un bleu rassurant. Et pourtant, il doit y en avoir des gens qui ne sont pas heureux, aujourd’hui. Des gens pleins de malheur. Des gens qui pensent que la vie ne vaut pas le coup d’être vécue plus longtemps. Et des gens malades, qui savent. Et des gens dans la rue et là, aucun soleil ne sera jamais vraiment du réconfort. C’est un des paradoxes de la vie. Et aussi ce qui en fait sa... [Lire la suite]

27 novembre 2015

bleu, blanc, rouge

Bleu, blanc, rouge… Bleu comme l’océan, bleu comme le ciel, bleu comme l’immensité de la liberté. Le bleu est une couleur qui rassure. Qu’il soit clair ou foncé. Blanc comme la neige, blanc comme l’innocence, blanc comme l’immensité de la banquise. Le blanc est une « couleur » qui éclate à la lumière. Rouge, comme la passion, rouge comme le sang, source de vie, qui coule dans nos veines, comme la couleur d’un vin qu’on prend plaisir à partager. Bleu, blanc, rouge… Aujourd’hui, le président a fait pavoiser le... [Lire la suite]
23 octobre 2015

en cas de bonheur

Moi, j’ai une façon très particulière de choisir les livres que j’achète. Parce que ce n’est pas moi qui les choisis mais eux qui me choisissent. Bien souvent, si je ne connais pas un auteur ou un ouvrage, il me suffit d’être dans le rayon pour qu’un livre me tende sa couverture afin de la partager avec moi. Et si je suis séduit, ce qui arrive somme toute assez souvent (je suis un mec facile, je me laisse aisément faire), je passe à la caisse. En gros, je me fais racoler par les bouquins et je douille. Et ça ne veut pas dire pour... [Lire la suite]
29 juillet 2015

interdit d'heure

Je suis un malade de l’heure et un psychopathe de la ponctualité. Je déteste être en retard et je déteste que les autres le soient, eux aussi. De ce fait, je déteste tout le monde parce que globalement, comme je préfère être en avance pour ne pas être en retard (être pile à l’heure, c’est déjà être en retard pour moi), du coup, j’attends toujours les autres qui eux, s’en foutent un peu, à vrai dire, d’avoir dix ou quinze minutes de retard. Quand ce n’est pas plus. Et il en est de même avec mes horaires d’embauche. J’ai toujours... [Lire la suite]
01 mai 2015

le muguet

Le muguet Cloches naïves du muguet, Carillonnez ! Car voici Mai ! Sous une averse de lumière, Les arbres chantent au verger, Et les graines du potager Sortent en riant de la terre. Carillonnez ! Car voici Mai ! Cloches naïves du muguet ! Les yeux brillants, l'âme légère, Les fillettes s'en vont au bois Rejoindre les fées qui, déjà, Dansent en rond sur la bruyère. Carillonnez ! Car voici Mai ! Cloches naïves du muguet ! Maurice CARÊME (1899-1978)
Posté par sibal33 à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,