20 février 2019

ça pousse, ça pousse

Ce que j’aime bien entre autres, dans le mois de février, c’est de découvrir que mes plantations de l’automne commencent à pointer le bout de leur nez. Les tulipes semblent vouloir sortir de la léthargie dans laquelle elles étaient plongées depuis toujours et justement, je pense que là, elles en avaient ras le bulbe et n’aspirent plus qu’à une chose : terminer leur croissance et pouvoir enfin vivre à l’air libre et voler de leurs propres pétales. Moi aussi, je les attends avec impatience, ce sont mes fleurs préférées avec les... [Lire la suite]

02 décembre 2018

une pause dans la pause : une re-pause ?

Je viens de somnoler un peu pour ne pas dire que je viens de dormir un bout. Après le déjeuner de ce dimanche, après une soirée où je me suis couché tard, pour une fois, j’avais envie de me relaxer et au lieu de ça, je me suis fait avoir par un endormissement inattendu ou presque. Comme si j’avais été assoupi par un hypnotiseur et sa baguette magique. Un enchanteur qui m’aurait rendu un peu de ce calme que j’ai dû perdre il y a bien longtemps. Ce calme perdu et cette sérénité tout aussi  abandonnée en cours de toute. Et parfois,... [Lire la suite]
17 juin 2017

est-ce que « avant », ça compte quand même ?

Je ne sais pas ce qui m’a pris mais ce midi, avant de déjeuner, pendant que je faisais réchauffer les restes du plat de mardi soir dernier, j’ai pris le roman que je suis en train de lire et je suis allé me poser délicatement sur un transat de la terrasse, non, dans un transat, sur la terrasse. J’étais bien, j’avais la tête à l’ombre (et donc, j’avais la tête ailleurs, aussi) et le reste du corps au soleil. Ou plus exactement : sous le soleil. Pas à côté. Pas n’importe où. Et ce qui devait arriver arriva. Et ce qui devait... [Lire la suite]
27 avril 2017

en mode pause

Légèrement plus de 16h, je me relève, dans le sens que je me lève de nouveau. Ça fait deux fois, aujourd’hui. Une première, à 3h du matin et une deuxième à 16h. Je n’ai pas dit une première et une seconde car rien n’est dit que je ne me lèverai pas une troisième fois, en ce 27 avril, jour mou s’il en est, en ce qui me concerne. Il y a des jours comme ça. Un lendemain de fête, hein, maman ? Contrairement à d’habitude, j’ai plutôt bien dormi et certainement d’une seule traite, la nuit dernière et c’est bel et bien la petite... [Lire la suite]
30 mai 2016

arrêter tout ça – le bout du tunnel ? (3)

Finalement, quand je suis sorti de cette espèce de léthargie dans laquelle j’étais tombé, j’ai vite repris conscience de la drôle de situation dans laquelle j’étais. Et la voiture s’est rapidement arrêtée. Le cœur battant plus fort que d’habitude, j’ai attendu quelques dizaines de secondes pour savoir ce qui allait se passer, ce qui allait m’arriver et j’ai entendu deux portières s’ouvrir et je n’ai donc pas été surpris quand j’ai entendu des pas s’approcher du coffre dans lequel j’étais très inconfortablement et mal installé.... [Lire la suite]
26 mars 2016

un petit nid d'amour hivernal comme une gourmandise culpabilisante

Bon, ma lessive est faite, la machine s’est arrêtée il y a sans doute un bon moment mais je n’ai pas fait attention qu’elle avait terminé son travail car, je dois l’avouer, j’ai craqué, après déjeuner, je me suis mis sur le canapé devant la télé, allongé de tout mon long et je me suis endormi, d’abord à petits coups d’ensommeillement en pointillés (que je n’ai pas découpés selon) puis lourdement et quand j’ai émergé, Julie Andrieu était en train de parler d’andouillettes AAAAA et je me suis fait violence pour me lever et sortir de ma... [Lire la suite]
31 mai 2015

la fête à mémère

Ce n’est pas que parce qu’il est le premier élu de Bordeaux, là où je vis depuis plus de quinze ans, maintenant, que je suis un inconditionnel d’Alain Juppé mais j’avoue que j’ai de la sympathie pour lui. Et même si ça ne saute pas aux yeux qu’il est le prince charmant venu embrasser la belle au bois dormant pour lui faire rouvrir les yeux après des décennies de léthargie, il a fait ce qu’il fallait pour réveiller la belle endormie qu’était devenue Bordeaux, en se piquant un doigt à une aiguille de Chaban-Delmas. Autres temps, autres... [Lire la suite]
16 septembre 2014

entre douze heures

Je vis dans une espèce de léthargie depuis mon retour du boulot, vers 13h30. Parce que j’ai passé une nuit hachée. Ou à chier. Enfin, une insomnuit, quoi. Probablement que le retour à l’emploi m’a plus perturbé que ce que j’aurais pu croire. Une chose est sûre, un peu de mal à trouver le sommeil, hier soir et surtout, du mal à le garder, en plein cœur de la nuit. Comme si le sommeil était un ballon ovale et que je l’avais eu dans les mains et qu’on avait voulu me le prendre avant que je ne  transforme l’essai en me faisant... [Lire la suite]