04 novembre 2017

l'énergie positive (du désespoir ?)

Allez savoir pourquoi, alors que c’est la fin d’une semaine un peu difficile, j’ai eu la (bonne) idée et la (bonne) énergie d’aller faire du cardio, ce matin, à la salle près de chez moi. Comme ça, pour voir si je pouvais m’épuiser encore un peu plus. Et mine de rien, j’ai fait 48 minutes à 6 km/h et je n’ai pas vu le temps passer et je me sens plutôt bien, là, maintenant. Tout en sachant que si je me pose trop confortablement, dans le canapé, par exemple, je risque de fermer les yeux et alors là, qui sait ce qui pourrait se passer... [Lire la suite]

30 juillet 2017

Clap ! Un de moins… Clap ! Un autre de moins… Clap ! Et encore un…

J’adore ça, regarder celle qui est là, sous mes yeux. Prendre mon temps pour l’observer. C’est un plaisir que j’aurais bien du mal à décrire. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est totalement jouissif. Je me régale. À chaque fois qu’elle arrive en haut, elle retombe et inlassablement, elle recommence. Le mythe de Sisyphe, quoi. Attendez une seconde, il y en a un qui vient de me passer sous le nez. Je reviens. T’en vas pas, petite, j’en ai pour quelques secondes. Une dizaine, tout au plus. Je suis assez rapide quand il s’agit de... [Lire la suite]
12 juillet 2015

serial méchant

Je suis un serial méchant. Quand je suis au milieu de mes cons génères, j’aime bien leur faire des saloperies mais attention, seulement de façon sournoise parce que je ne veux pas qu’on sache que ça vient de moi, bête et méchant mais pas téméraire, faut pas déconner, non plus. Je suis un méchant en série et j’aime quand les autres sont les objets de mon besoin d’agressivité. Parce que sinon, je refoule et je me sens mal. Et quand je me sens mal, c’est pire. Et tout cas, ça peut le devenir. Je suis un serial méchant et parmi les... [Lire la suite]
11 février 2015

avec préméditation

Je vis dangereusement, je suis un aventurier. J’en veux pour preuve ce que j’ai osé faire hier, un simple mardi, un mardi, premier jour de travail de la semaine pour moi, alors que la femme de ménage était là depuis une demi-heure et elle ne savait pas la pauvre, en arrivant, que j’allais faire ça. Ça fait deux semaines qu’elle vient chez nous et elle ne nous connaît pas plus que nous ne la connaissons. Si ce n’est qu’elle se prénomme Isabelle et qu’elle doit avoir une quarantaine d’années. Comme je l’avais demandé à l’agence par... [Lire la suite]