06 juin 2016

on s'en foot, non ?

Personnellement, oui. J’avoue que je m’en foot complètement. Autant je m’étais pris au jeu, en 1998, après avoir craint le mondial en France que là, cette année, je m’en contrefoot. Je n’attends qu’une chose, c’est que ça soit fini et qu’on passe à autre chose. Car quand ça sera la finale, normalement, je devrais avoir déménagé et ça ne sera pas de trop. Mais bon, en même temps, il ne faut pas perdre de vue qu’après l’Euro, ça va être le Tour de France. Il y a un côté gavage, avec ces événements sportifs. Je ne veux pas être médisant... [Lire la suite]

26 novembre 2015

pont de Varole

Comme quoi la télévision, ça ne sert pas qu’à se divertir devant des jeux dans lesquels on gagne des sommes indécentes si on les compare avec la difficulté des questions qui sont posées, ça ne sert pas qu’à apprendre les plus mauvaises nouvelles de France, de Navarre et du reste du monde entier (à chaque jour ou presque sa catastrophe et accrochez-vous bien, on va vous montrer des images difficiles à regarder) et ça ne sert pas qu’à voir les horreurs perpétrées par ces gros cons de terroristes d’une lâcheté sans nom (trop facile, oui,... [Lire la suite]
15 février 2015

virelangue

Je suppose que vous connaissez tous ces jeux rigolos qui consistent à faire se tromper les autres quand ils doivent répéter rapidement des phrases ou des groupes de mots qui prêtent systématiquement à confusion ou à bafouillage. Je ne parle pas ici des contrepèteries qui sont des jeux de mots encore un peu plus "vicieux" mais tout simplement des virelangues. La difficulté réelle de prononciation des virelangues ne sert pas qu'à se moquer des autres quand ce sont eux les victimes, non, au contraire, ils sont également très utiles dans... [Lire la suite]
25 décembre 2014

les Noël d'antan

Il est très agréable malgré tout le parfum des Noël d’antan. Des Noël de quand ils étaient encore blancs alors que maintenant, c’est sous mes cheveux blancs que je vois Noël passer chaque année. JE vous parle d’un temps où je croyais au Père du même nom. Celui qui m’apportait une partie de ce dont je pouvais rêver. Une partie seulement car à l’époque, on ne recevait pas plus que de raison et pourtant, on en avait pas mal des cadeaux pourtant. Et en plus, ça nous faisait vraiment plaisir. On y tenait comme à la prunelle de nos yeux, à... [Lire la suite]