07 juin 2020

et c’est non négociable

Bon, il faut que je te dise que j’ai peur. Depuis que je te connais, j’ai peur et là, aucun médicament ne peut rien pour moi. J’ai peur parce que mes sentiments pour toi sont si forts que ça me donne des frissons et ça me fait imaginer le pire. Au point que parfois, je me dis qu’il aurait mieux valu que je ne te rencontre jamais car au moins, je n’aurais pas connu les affres de ces tourments inutiles mais incontournables. Involontaires mais néanmoins nécessaires. Inutiles et nécessaires ? Oui, je saute de paradoxe en paradoxe... [Lire la suite]

13 mai 2020

maman, les petits bateaux… (billet déconfiné)

Maman, les petits bateaux qui vont sur l’eau, ont-ils des jambes ? Mais oui, mon gros bêta, s’ils n’en avaient pas, ils n’avanceraient pas… Avec toute cette eau qui est tombée, qui tombe et qui va tomber sur Bordeaux (et ailleurs aussi, je sais mais là, je parle de ce qui m’importe, de ce qui me concerne directement), comme ça ne me permettait pas de sortir comme j’aurais pu le vouloir si j’avais été comme tout le monde, j’ai failli m’ennuyer mais heureusement, je ne connais pas l’enquiquinement. Moi vivant, je ne me languirai... [Lire la suite]
03 avril 2020

parfait, en plein confinement (billet presque garanti sans coronavirus)

Il faut bien le reconnaître même si c’est un peu difficile, quand on est humble et modeste comme moi mais je trouve que je respecte parfaitement les règles du confinement et même mieux, je suis parfait, comme toujours voire comme jamais, dans cette réclusion involontaire. Je suis parfait, il faut bien que je le dise bien que ça me coûte car on risque de se méprendre sur mes intentions et sur qui je suis, non pas un mec qui se la pète, non, bien au contraire mais un mec simple. Un mec simplement parfait et parfaitement simple. J’en... [Lire la suite]
12 mars 2019

peut-on être drôle sans le savoir ?

À quelqu’un comme moi qui est toujours en train de dire des bêtises, qui serait prêt à tuer père et mère pour faire un bon mot qui se veut d’esprit et qui a toujours le sens de la répartie même pour les calembours les plus douteux, on peut demander si on peut être drôle sans le vouloir et sans le savoir. J’ai envie de répondre oui et pour illustrer mon propos, je vais prendre trois ou quatre exemples pris au hasard de l’actualité de ces soixante dernières années. Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit « trois ou quatre... [Lire la suite]
18 juillet 2018

des excuses a priori ?

Je suis partagé, pris entre deux feux, j’hésite comme jamais je n’ai hésité à propos d’un texte. Hier, j’ai écrit un billet qui aurait dû être publié aujourd’hui mais une fois que je l’ai terminé, que je l’ai relu un doute s’est emparé de moi par derrière (je vous jure que je ne l’ai pas vu venir) et depuis, ce doute et moi, nous cohabitons à mon corps défendant. Personnellement, ce billet, si je m’étais écouté, je l’aurais programmé pour une publication dans la nuit et je n’y aurais plus spécialement pensé. Du moins, pas beaucoup.... [Lire la suite]