13 décembre 2017

absolution, dissolution, résolution, amen

Hier, en écrivant le paragraphe 2 de mon billet, qui en comportait 7 (c’est bien de le dire car personne ne l’avait remarqué, j’en suis sûr), j’ai utilisé le verbe absous au participe passé et je ne me suis posé aucune question car je n’ai eu aucun doute quant à sa forme grammaticale. Idem pour l’orthographe. Moi, Stéphane G., je suis absous avec un « s » à la fin car je suis plusieurs dans ma tête, tout le monde le sait, jusque-là, rien que de très normal. Non, en revanche, dans la soirée, je me suis mis à me demander... [Lire la suite]

12 avril 2017

vous reprendrez bien un peu de hommage, avant le dessert ?

Bon, même si j’ai comme une intuition qui me dit que les poèmes de Jacques Prévert n’ont pas fait l’unanimité, je me dis que j’ai fait comme mon cœur et mon esprit me disaient de faire. Parce que quand quelqu’un a autant compté dans sa vie, on ne peut pas le passer sous silence comme ça, l’air de rien. Et encore moins comme si de rien n’était. Alors, juste pour changer de héros (ou d’héroïne, oui, parce que je consomme aussi de l’héroïne, de temps en temps : Emma Bovary, par exemple, qui s’est suicidée le 23 mars 1846, 4 jours... [Lire la suite]
17 août 2015

l'empire des sens (5/5)

Résumé des épisodes précédents : On dit que nous avons cinq sens, définis par Aristote au cours du quatrième siècle avant J.C. (à vous de voir si vous préférez Julien Clerc, Jésus Christ ou, plus simplement, Jean-Claude) et c’est toujours ce que j’ai entendu dire (ce qui prouve que mon ouïe fonctionne) depuis que j’ai eu l’âge d’être scolarisé. Et ne voilà-t-il pas que ces derniers jours, j’ai lu (ce qui prouve que ma vue fonctionne) qu’on en aurait plutôt 9 voire 21. Je n’ai pas trouvé trace des dixième au vingt-et-unième... [Lire la suite]
16 mars 2015

rater la séance

Samedi, je ne suis pas allé au cinéma, comme je le fais souvent, histoire de décompresser de ma semaine, comme une récompense pour le bon petit soldat que je suis. Je n’y suis pas allé pour plusieurs raisons : j’avais une putain de migraine de derrière les fagots, j’avais le blues et je n’avais aucun film à voir qui m’intéressait suffisamment pour que je fasse l’effort d’y aller. Mais hier, dimanche, en bon assassin que je suis, histoire de tuer le temps, j’ai décidé de reprendre mes vieilles habitudes et de m’y rendre juste... [Lire la suite]