27 juillet 2019

la disparition et les revenentes

Bon, comme prévu, il a plu et dans « il a plu », il n’y a pas un seul « e », c’est déjà un bon début si on me demande d’écrire un texte sans la voyelle la plus utilisée dans la langue française. Mais ce n’est pas ce qu’on attend de moi avec le jeu « cap-pas cap » (encore une fois, pas une seule lettre « e »), n’est-ce pas « mon cher Philippe » (et là, pas une seule fois la lettre « a ») ? Parce que moi, si on me demande d’écrire une histoire en éliminant une ou plusieurs... [Lire la suite]

04 juillet 2019

j’ai oublié de compter les prunes !

Putain ! J’ai oublié de compter les prunes, l’autre jour ! Merde, merde, merde ! Et puis maintenant, c’est un peu tard pour revenir en arrière. Il faut dire qu’avec cette histoire de triste abandon, j’ai dû avoir la tête ailleurs et je me suis un peu déconcentré sur le reste. C’était bien la peine qu’on les pèse les prunes si on ne sait pas à quoi correspond sept kilos deux cents grammes moins la bassine qui les contenait. Mettons que cette dernière pèse 200 grammes, à vue de nez de balance, ça faisait sept kilos de... [Lire la suite]
26 juin 2019

je n’arrive toujours pas à comprendre

Alors que je suis capable d’écrire rédibitoir… rhédibhit… raidi… rédhibitto… rédhibitoire du premier coup, sans jamais hésiter, je n’en reviens toujours pas de ne pas avoir su que le mot « impair » pouvait s’accorder en genre. C’est-à-dire qu’il pouvait se mettre au féminin. Mais le pire, c’est qu’à force d’y penser et d’y repenser, j’ai même réalisé, ce matin, que ça s’accordait également en nombre. C’est-à-dire qu’il pouvait se mettre au pluriel et donc, a fortiori, au féminin pluriel. Par exemple, si je joue aux boules... [Lire la suite]
25 juin 2019

une faute impardonnable (merci à Philippe)

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa, au féminin, évidemment. Il y a quelques jours de cela, c’était approximativement le 18 juin dernier, à environ 11h15 et trente-quatre secondes, j’ai publié ce que je pense être un bon billet (ils ne le sont pas tous, inutile de chercher à me flatter ni à flatter mon ego, il aime bien ça mais il risque d’y prendre vite goût) intitulé : « on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ? » J’étais presque totalement fier de moi, je m’étais trouvé un certain esprit, comme je peux... [Lire la suite]
19 juin 2019

impairs, passe et manque

Je te jure, cher confrère contrôleur de blog, que celui que j’ai rencontré hier, pour un entretien de bonne santé mentale, m’a sidéré. Je suis tombé sur un cas pathologique qui pourrait fortement intéresser la science. Un cas unique. Il compte tout. Il compte les paragraphes, il compte les lignes, il compte les lettres (voyelles et consonnes), il compte la ponctuation et il s’arrange toujours pour que chaque total soit un chiffre ou un nombre impair, sinon, il en ajoute jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Cent une fois sur le métier, il... [Lire la suite]
18 juin 2019

on peut savoir pourquoi toujours par 3, 5 ou 7 ?

On peut savoir pourquoi il y a toujours un nombre impair de paragraphes, dans les billets de ton blog, Stéphane ? Oui, bien sûr. C’est une discipline que je m’impose. Oui, je comprends mais pourquoi une discipline impaire ? D’abord, excusez-moi, monsieur le contrôleur, mais impair, ça ne s’accorde pas au féminin. Il n’y a que le masculin qui peut prétendre à l’impair (Et qu’on ne me refasse pas le coup de dimanche dernier, hein ?) Bon, alors, pourquoi une discipline basée sur l’impair ? Parce que ça fait partie de... [Lire la suite]
28 septembre 2018

étroitesses

Il y a ce mousquetaire qui était tellement maigre et tellement grand que ses potes de cape et d’épée le surnommaient tous l’étroit mousquetaire. Il faut bien que je trouve de quoi parler au sujet du chiffre 3 puisque cette semaine, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, j’écris en compte à rebours. Je vais m’arranger pour tomber de six, cinq, quatre, trois, deux, un à zéro pour dimanche prochain, dernier jour de ce troisième trimestre de 2018. L’idéal aurait été que je tombe à zéro pour le premier octobre mais, comme bien souvent,... [Lire la suite]
29 septembre 2017

la rangée 13 ou la rangée 14 ?

Le vendredi, quand je débauche, entre 11 et 11h30, je file directement au centre commercial du Lac pour y faire mes courses de base en prévision du week-end. Pour tout ce qui est des végétaux (fruits et légumes, je vais au marché de la place Pey Berland, le dimanche matin…) Aujourd’hui, je n’ai pas dérogé à la règle et quand je suis arrivé au parking, j’ai choisi d’aller chercher une place de stationnement à proximité de l’entrée la plus centrale du centre. Et j’ai été un peu surpris de voir qu’il y avait plus de monde que d’habitude.... [Lire la suite]