18 mars 2019

mais oui, c'est d'une telle évidence !

Tout ne peut pas s’expliquer, dans la vie. Et encore moins quand il s’agit de sentiments. On aime ou on n’aime pas. On ressent des choses positives ou ce qu’on essaie de ne pas retenir, ce n’est que du négatif. On parle de réaction épidermique surtout quand on n’est dans l’antipathie : lui, je ne l’aime pas, dès que je le vois, je ne peux pas, je n’ai pas envie d’aller vers lui, j’ai juste envie qu’on s’ignore, qu’on échange rien pas même une poignée de mains. C’est ainsi et bien costauds sont ceux qui tenteront de faire revenir... [Lire la suite]

21 mai 2016

je ris, j'éternue,

… j’ai des fuites urinaires… Ce n’est pas moi qui le dis mais la dame, dans la publicité à la télévision. Comme si ça pouvait nous intéresser, nous, qu’elle rit, qu’elle éternue et qu’elle ait des fuites urinaires. Non pas que ça ne soit pas un vrai sujet de discussion altruiste voire chrétienne mais bon, on ne la connaît pas et surtout, ça va, quoi, on le sait qu’elle rit, qu’elle éternue et qu’elle a des fuites urinaires. En plus, elle semble même en être heureuse. Comme quoi, le bonheur, ça ne tient qu’à un fil. Évidemment, on a... [Lire la suite]
03 novembre 2015

ma plus mauvaise amie

Je n’ai pas envie et pourtant, je n’ai pas le choix, je dois bien faire avec. Il y a des jours où on a envie de rien. Le ciel est triste, la vie est grise, un seul être vous manque et tout est dépeuplé. On s’est levé avec l’envie de ne surtout pas le faire mais on l’a fait quand même. Et la seule chose qu’on puisse dire pour tenter de s’en sortir la tête haute, sans aucune fierté, pourtant, c’est « pas aujourd’hui, j’ai la migraine » en espérant que le monde entier vous fiche la paix. Une paix durable. Avec des faux airs... [Lire la suite]
04 décembre 2013

entre les dents

Ce matin, aucun lapin n’a tué de chasseur mais il s’en est fallu de peu. Cette phrase d’introduction n’a aucun rapport avec ce qui va suivre. C’est juste que j’ai eu envie d’écrire ça. Mais en revanche, ce matin, quand même, il s’est passé un micro-événement, quand j’ai quitté chez moi pour aller prendre mon tramway, celui qui m’emmène à mon travail, là-bas, à Lormont Lauriers… dans les hauteurs d’ailleurs, dans les hauts de là. De là-bas. Je m’étais bien levé, ou presque, après une bonne nuit, ou presque et j’avais pris un... [Lire la suite]