25 octobre 2019

je ne comprends rien au temps qui passe

Je ne comprends rien au temps qui passe, je me suis allongé sur le canapé, je n’ai fermé les yeux qu’une poignée de secondes et quand je me suis réveillé, quelqu’un avait touché à l’horloge du salon et l’avait avancée de plus de deux heures. Et pourtant, je suis sûr que je ne me suis pas endormi. Je jure que je n’ai pas sommeillé du tout. J’ai juste fermé les yeux pour tenter de canaliser certaines pensées. Et quand je me suis retrouvé deux heures plus tard que prévu, j’ai failli appeler la police pour déposer une plainte contre X car... [Lire la suite]

28 octobre 2018

un mec banal à l'heure d'hiver

Le premier dimanche matin à l’heure d’hiver. Comme j’ai voulu en avoir le cœur net, je me suis levé à 2h (heure d’hiver) mais à 3h (heure d’été), car c’est exactement là que le changement devait avoir lieu. Je suis donc sorti de mon lit, comme le font certaines rivières et certains fleuves, lors de grandes pluies, et je suis allé faire un gros pipi nocturne, dans le noir, à tâtons ou presque et là, j’ai surveillé le moment où l’été théorique a fait place à l’hiver pratique. Eh bien, figurez-vous que je n’ai pas pu vérifier que la... [Lire la suite]
17 janvier 2017

de meilleure humeur, tant pis

Je crois que je suis de meilleure humeur, ce matin et j’ai des chances de le rester toute la journée voire, toute la soirée. Mais je ne peux jurer de rien à cet instant précis, là, à mon travail, 10h35, heure locale. Sous un soleil d’hiver, exactement. Mais pas n’importe où. Je ne me suis pas spécialement bien levé, à 3h45, ce matin mais je ne l’ai pas fait à reculons, ce qui est déjà ça. Sinon, je serais rentré dans le mur du fond de la chambre, celui qu’on a fait peindre en bleu. Et c’est ainsi que j’aurais justement pu avoir... [Lire la suite]
20 juillet 2016

avant l'heure, ça n'est pas l'heure, normalement

Deux heures quinze, le matin, c’est vraiment très dur quand c’est le moment de se lever, chaque jour, chaque nuit et depuis que c’est mon nouveau rythme de travail, je l’ai subi une semaine avant de prendre quinze jours de congés et là, c’est mon deuxième jour de reprise. Un peu dans la souffrance psychologique et beaucoup dans la difficulté, l’insoutenable lourdeur de l’être qui est coupé dans ce qu’il a de plus équilibrant : son sommeil. Et quand on a vécu deux semaines intenses à faire des cartons, à courir après les fonds... [Lire la suite]
24 octobre 2015

on en revient toujours aux mêmes

On a beau dire, on a beau faire, on en revient toujours aux mêmes. Et là que nous sommes samedi à juste midi, c’est presque comme tous les samedis midis depuis que le monde est monde. C’est l’éternel retour des choses et du temps qui passe. La routine bien réglée comme les aiguilles d’une horloge. On n’y peut mais. Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Oui, en tout cas, c’est ainsi que moi je vis, à peine un peu perdu dans cette immensité régulière. Un petit grain de sable dans une clepsydre de laquelle je ne pourrai sortir un... [Lire la suite]
18 novembre 2014

je dix quatre heures vingt

Je suis un véritable névrosé de la ponctualité et un névropathe incurable (et incorrigible) de l’horaire. Et je pense que de tous les psys du monde, aucun ne sera jamais capable de remettre les pendules à l’heure, en ce qui me concerne. Déjà parce que je suis un mec speedé en permanence (d’où le besoin qu’on respecte le fait que j’aille plusieurs fois au cinéma par semaine car là, au moins, je suis assis, je ne cours pas), une vraie cocotte-minute en version petit mâle vieillissant, toujours sous pression, toujours avec la soupape... [Lire la suite]