01 mars 2019

la dernière ligne presque droite

Nous sommes le premier mars et dans 22 jours, je franchirai la porte de là où je travaille pour la dernière fois, en tant que salarié, bien entendu car rien ne m’interdira de m’y rendre occasionnellement, surtout le samedi matin, quand j’aurai passé une commande pour du poisson ou quelques homards à partager à Biscarrosse. Ooups, pardon, je n’aurais pas dû évoquer le mot homard la veille de la 16ème journée de manifestations des agiles et jeunes et cas soc’ réunis, je vais encore passer pour un nanti (ce que je ne suis pas vraiment ni... [Lire la suite]

30 septembre 2018

je confirme : les homards n’ont pas le sens de l’humour

Je confirme : les homards n’ont pas le sens de l’humour. Je vous démontre la chose : le patron n’ayant pas pu bien en profiter pendant notre folle semaine biscarrossaise, il m’a demandé s’il pouvait en avoir un autre. « Un seul ou un deuxième pour Claude ? » Il n’en voulait qu’un seul. J’ai précisé que comme à chaque fois, Claude lui mangerait les deux pinces et il ne lui resterait que le corps à farfouiller comme un médecin légiste. Alors, je lui ai proposé de lui en prendre un gros pour lui et un plus petit... [Lire la suite]
06 novembre 2017

Ginette Mathiot

Je suis en train de relire le livre de cuisine de Ginette Mathiot. Je ne vous dis pas, j’ai du mal à le lâcher. J’adore certains passages que je lis et relis à chaque fois que je le reprends. Je suis littéralement mordu et je ne sais pas si je vais encore pouvoir me passer d’en parcourir d’autres chapitres encore cet après-midi malgré tout ce que j’ai à faire, de bien plus urgent mais que voulez-vous, le plaisir avant tout, non ? Surtout que dès demain, je reprends le boulot pour une semaine. Même si je connais la fin de plein... [Lire la suite]
04 février 2014

amour, coquillages et crustacés

Il était une fois, une moule d’Irlande, catholique, élevée sous de nombreux principes et qui, de par cette éducation, était d’une pudeur et d’une pruderie incroyables. Elle était courtisée par un de ses voisins, une coque mâle qui se disait qu’il ferait bien le coq, orico pour séduire la moule, cot codec. Il la regardait avec des yeux de merlan frit et ça la faisait rougir car sa mère lui avait si souvent dit de se méfier pour ne pas finir à la crème. De toute façon, la moule ne sortait jamais sans ses praires et sœurs. Sauf ce... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 14:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,