09 mai 2021

entre Calypso et Sainte Germaine

Entre Calypso et Sainte Germaine, il y a monsieur le maire et il y a toi. J’avais décidé de ne pas regarder sur ma gauche, pendant cette portion de trajet, très courte, trop courte que j’ai faite, aller et retour, pour aller là où l’herbe est plus verte mais aussi plus chère. J’avais promis que je ne regarderai pas sur ma gauche, à l’aller et pas sur ma droite, au retour. Parce que ça m’aurait pincé le cœur et probablement, que je me serais alors réveillé et que je serais sorti de ce joli rêve que je fais depuis un temps que seuls toi... [Lire la suite]

26 février 2021

chambre 206 (2)

La première fois, c’était le 11. La deuxième fois, c’était le 22. La prochaine fois, est-ce que ça sera le 33 ? Pourquoi ne pas imaginer une suite logique pour à chaque fois que nous nous verrons ? Et la fois d’après, on peut espérer être un 44 et la fois suivante, un bon 55 de derrière les fagots. Je plaisante mais l’heure est grave parce qu’il ne faut pas oublier que là, tu as raison, onze fait un peu chier. Et parce qu’il y a surtout des vieux et franchement, qu’est-ce qu’on fait là ? Alors qu’on aurait pu aller se... [Lire la suite]
15 septembre 2020

chacun chez soi et les moutons seront bien gardés

On l’a appris hier après-midi, peu après 15h, de la bouche même de la préfète de Gironde, nous ne sommes pas entrés en reconfinement mais peu s’en est fallu. Ce qu’il faut en retenir (si je n’ai rien oublié car entre temps, une nuit m’est littéralement passée dessus), c’est que la situation est catastrophique, chez nous mais que nous n’allons pas nous mettre en réclusion. C’est déjà ça. Même si certains auraient mérité de l’être mais en même temps, c’est facile pour moi de dire ça car je le sais très bien que l’herbe est toujours plus... [Lire la suite]
27 mars 2020

chiffre d’affaires en baisse (billet non garanti en coronavirus)

Wesh, wesh, yoo ! Comment je fais, moi, maintenant ? Y a plus personne dans les rues et moi, je me retrouve avec beaucoup de stock que j’arrive pas à vendre. Je peux même pas faire un hashtag « Qui n’en veut de ma beuh ! » parce que même si les gens se connecteraient dessus, ils pourraient même pas venir en chercher. Pourtant, je suis toujours au même coin de rue, au même bas d’immeuble mais personne vient plus me voir. Et moi, si je la vends pas, mon herbe, je perds des sous, car je l’ai payée cash à mes... [Lire la suite]
22 octobre 2019

il y a longtemps que je n’ai pas écrit le jour-même

Il y a longtemps que je n’ai pas écrit le jour-même de la publication d’un billet dans ce blog. Oui, j’avais pris cette habitude de le faire la veille et de programmer pour le lendemain matin avant l’aube, à l’heure où blanchissent les campagnes mais pas les campagnes électorales ni les campagnes publicitaires. Non, les campagnes avec de l’herbe, des vaches et des oiseaux. Même en ce moment, où on a l’impression d’être déjà au bord de l’hiver avec ces journées grises et tristes. Non, pardon, hier, il a fait soleil et ça s’est senti.... [Lire la suite]
01 septembre 2019

il ferme les yeux quand il fait pipi, lui

Lui, je sais qu’il ferme les yeux quand il fait pipi. Je me suis déjà retrouvé face à lui alors qu’il avait besoin d’uriner et j’ai tout vu. Mais lui, non. D’ailleurs, mon souvenir est un peu flou car je me demande pourquoi j’étais face à lui. En général, quand on est envoyé en miction, on tourne le dos aux autres. Mais lui, non. Et en plus, non seulement il reste de face mais il ferme les yeux. C’est un cas, ce mec. En même temps, ça ne mange pas de pain, on est tous foutus pareil (à peu près, dans les grandes largeurs voire dans les... [Lire la suite]
10 avril 2017

en allant à l'école

En allant à l’école, je suis passé par le chemin de Traverse et je me suis promené en écoutant les oiseaux chanter et à un moment, j’ai rencontré une marchande d’allumettes et je lui en ai acheté trois : Trois allumettes une à une allumées dans la nuit La première pour voir ton visage tout entier La seconde pour voir tes yeux La dernière pour voir ta bouche Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela En te serrant dans mes bras (Paris at night) La marchande d’allumettes avait un petit étal sur la place du marché,... [Lire la suite]
26 juillet 2015

le Paradou

Oh, comme c’est joli, ici. Je n’y étais jamais venu. Et pourtant, je l’ai souvent traversée, cette forêt. Mais là, quand je pense que c’est en suivant les traces de qui doit être une biche que j’ai fini par arriver dans cette merveilleuse clairière… Ici, tout est beau. C’est si beau que c’est même encore mieux que ça, c’est très beau. On se croirait presque dans une publicité à la télévision. Oui, dans une publicité qui montrerait une jolie clairière au cœur d’une magnifique forêt. L’herbe est d’un vert, le plus beau vert qui ne... [Lire la suite]