06 août 2019

au poisson, au produit d’entretien et autres

Hier, j’ai davigné sur le pont, j’ai davigné tous en rond. Et même si je n’ai pas eu le succès escompté, j’avoue que j’étais assez content de moi. Enfin presque content de moi. En réalité, surtout content de mon idée de base mais un peu moins de sa concrétisation. Bon, comme on ne peut pas gagner à tous les coups mais qu’on a le droit à une deuxième voire une troisième chance, je vais la retenter aujourd’hui en essayant de faire un peu plus simple mais attention, je n’ai pas dit plus simpliste ! Ils sont sur le pont (cette fois,... [Lire la suite]

11 décembre 2018

la gueule de bois

J’ai un peu mal à la tête mais je ne sais pas si c’est dû au froid piquant, tout à l’heure, en allant déjeuner en ville (« c’est le patron qui régale ») ou parce que les deux flûtes de champagne de 8h30, ce matin, c’était quand même un peu âpre. Ça m’a légèrement tourné la tête et j’ai eu un peu de mal à me remettre au boulot d’une façon aussi concentrée que d’habitude. Ou que chez Nestlé. Bref, comme le reste de la matinée a été compliqué du point de vue du boulot, autant vous dire que ça n’a pas été la meilleure matinée de... [Lire la suite]
02 juillet 2017

tête à claques

En y repensant sans être dans le même émotionnel que le jour même, voire sans être du tout dans l’émotionnel, je me demande si la baffe que j’ai prise l’autre jour, finalement, c’est peut-être parce que je dois être, quelque part, je dois être, comment dire, je dois être une tête à claques. Mais ce n’est pas une raison. Parce que j’en connais qui le sont encore  bien plus que moi et qui pourtant, n’en reçoivent jamais des mains sur la figure. Je ne dirai pas qui, je ne suis pas comme ça, moi, mais suivez mon regard pour celles et... [Lire la suite]
09 juin 2017

vade retro, Civitas

Vade retro Civitas / Nunquam suade mihi vana / Sunt mala quae libas / Ipse venena bibas Il y en a qui n’ont vraiment rien à foutre de leurs journées. Que leur vie doit être triste et fade à force de se plaindre que rien ne va, que c’était mille fois mieux il y a mille ans (sans Remo) et qu’il faudrait revenir à des choses bien plus agréables que celles d’aujourd’hui, que le vingt-et-unième siècle ne vaut pas tripette et que, ma foi, une bonne guerre, ça ne ferait de mal à personne. Du moins pas aux survivants. Surtout... [Lire la suite]
10 octobre 2016

ça me travaille

Depuis que j’ai vu ce film, hier, Le ciel attendra, j’y pense beaucoup. J’y pense parce que ce fut une découverte pour moi que d’apprendre tout ce qui est démontré : le mécanisme de manipulation des jeunes, que ce soient des garçons ou des filles. Mais pour les filles, je n’en reviens pas comme le coup du prince charmant, sous les traits anonymes et virtuels d’un pseudo prince arabe, ça marche comme si elles avaient encore cinq ans. Il en faut peu pour toucher la corde sensible des jeunes adolescentes en recherche d’absolu et... [Lire la suite]
22 novembre 2015

quand Paris se met en colère

Que l'on touche à la liberté et Paris se met en colère Et Paris commence à gronder et le lendemain c'est la guerre Paris se réveille et il ouvre ses prisons Paris a la fièvre, il la soigne à sa façon Il faut voir les pavés sauter quand Paris se met en colère Fallait voir ses fusils rouillés qui clignent de l'œil aux fenêtres Sur les barricades qui jaillissaient dans les rues Chacun sa grenade, son couteau ou ses mains nues La vie, la mort ne comptent plus, on a gagné, on a perdu Mais on pourra se présenter là-haut une fleur au... [Lire la suite]

05 novembre 2014

plus jamais ça

Il ne reste plus tant de temps que ça avant que l’année ne se termine et je ne voudrais pas que 2014 laisse la place à 2015 sans avoir apporté ma pierre au mémorial de la Grande Guerre, la première mondiale, la Grande Guerre. Celle dont on disait que ce serait la dernière. Avant la suivante. Celle qui dans son côté boucherie préfigura des horreurs encore bien pires, inimaginables jusqu’au jour où on a pu se rendre compte que le proverbe « à l’impossible nul n’est tenu » avait trouvé son comble. Je ne suis personne pour... [Lire la suite]
07 octobre 2014

terrorisme phlébotominal

Bien sûr, je n’ai pas le moindre sens des valeurs, je parle des échelles de valeur parce que ce que je vais dire, là, tout de suite, ça pourra sembler un peu démesuré par rapport à la réalité objective mais la réalité objective n’est pas la mienne. J’ai ma réalité objective qui s’annule aussitôt par ma réalité subjective. Et de ce fait, j’ai forcément raison dans ce que je vais traiter à partir du paragraphe suivant, celui-ci ne restant qu’une entrée en matière ou une espèce d’apéritif. Je voudrais évoquer un péril encore plus grand... [Lire la suite]
11 janvier 2014

salle de vaisselle

À la guerre, comme à la guerre, comme on dit dans certaines chaumières où on aime bien pratiquer les dictons, les proverbes et autres adages qui sont parfois d’un autre. Je viens de terminer la partie socio-professionnelle de cette longue et inhabituelle semaine de travail où j’ai dû me lever six fois, six matins de suite avant d’espérer un peu de repos, un peu de répit mais je crains que ce ne soit finalement râpé car je suis repu de bazar et ce week-end à venir, jusqu’à lundi soir, s’annonce comme bien chargé et bien foutraque. Je... [Lire la suite]
30 août 2013

tout, tout pour ma syrie

Ma syrie est moi, c’est une belle histoire d’amour. Je l’aime comme je n’ai jamais aimé personne. Mais comme dans toutes les histoires d’amour un tant soit peu intenses, il y a des moments où on se déchire avant de se retrouver sur l’oreiller pour une grande réconciliation. Une grosse réconciliation. D’ailleurs, très rapidement, on ricane bêtement et tant pis si je lui ai déjà dit ça mille et une fois au cours de nos mille et une nuits, je ne peux jamais m’empêcher de lui dire encore et encore : « Alors, ma syrie, tu la... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,