10 décembre 2018

j'ai mal à Victor Hugo

Hier matin, en allant chez le patron pour la promenade des chiens, il m’a dit que peut-être que je ne pourrais pas accéder chez lui en voiture compte tenu des échauffourées (pour ne pas dire plus) de la veille, avec la manifestation des gilets jaunes et des casseurs réunis. Encore une fois, avec Claude, ils ont vécu un samedi pénible, enfermés chez eux, angoissés de voir leur portail défoncé et des fous furieux entrer chez eux pour… ? Ils ont subi une après-midi pleine de grenades assourdissantes, de gaz lacrymogènes, de crétins... [Lire la suite]