26 juin 2016

à l'impossible, nul n'est tenu

Au lieu de dormir grassement jusqu’à 7 heures (pas trop après car sinon, ça devient indécent), ce matin, je me suis levé à 5h30. Parce que forcément, tous ces événements d’achat d’appartement qui traîne à cause de l’édition de l’offre de prêt définitive et de vente, enfin probablement validée, ça remue les neurones dans tous les sens. Entre inquiétude et excitation positive. Du coup, ça coupe le sommeil comme si le cerveau avait envie de couper les cheveux en quatre. Autant vous dire qu’il y a du boulot car, et ça fait longtemps que... [Lire la suite]