31 janvier 2018

le premier jour du reste de l’année

Normalement, c’est demain, le premier jour du reste de l’année mais comme je suis toujours en avance sur mon temps, j’ai décidé que ça serait aujourd’hui. On n’a qu’à dire qu’on serait le premier jour du reste de l’année et ça serait très bien comme ça. Et on se dirait aussi que c’est un jour qui serait joyeux, un peu comme celui du Nouvel An. Mais de là à faire un réveillon ce soir, il y a un fossé que je ne me sens pas près de franchir même en prenant de l’élan. Ni même un renne. Demain, nous serons le premier jour du deuxième mois... [Lire la suite]

06 janvier 2018

être le premier tous les jours

J’aime bien être le premier. J’ai toujours aimé ça. Et pas seulement le 1er janvier ou le 1er mai, non, j’aime bien être le premier tous les jours. Tout le temps. Depuis que je suis né jusqu’à ma mort, je suis fait pour être le premier. Sauf que le jour de ma naissance, il y a eu un bug, j’avais déjà un frère aîné. Alors, pour compenser de ne pas être le premier descendant de mes parents, je me suis formaté pour être un élève modèle. Je raflais tous les prix d’excellence. Avec les cadeaux qui accompagnaient ce titre qui ne m’a jamais... [Lire la suite]
02 décembre 2017

un chausseur sachant chausser

Quelle étonnante mais plaisante aventure que celle d’hier après-midi, alors que j’ai retrouvé le patron et Claude en ville. Ils devaient se rendre rue Voltaire pour voir des chaussons et je me suis dit que je pouvais venir les saluer en faisant comme si je les croisais par hasard dans la rue. Tiens, vous ici, quel heureux hasard ! Justement, j’avais un livre pour toi, patron et je vais vous rendre la lampe de poche de Claude, je n’ai pas réussi à l’ouvrir pour changer les piles. J’ai peur qu’elle ne se casse. Hélas, je me demande... [Lire la suite]
25 septembre 2015

il automne

Il automne à pas furtifs, chantait Barbara dans ce que je considère être une de ses plus belles chansons appartenant à sa dernière période. Une chanson qui lui collait si bien à la peau. Et qui m’allait comme un gant. Parce que l’automne qui vient, ce n’est pas triste du tout. C’est parfois un peu gris, un peu déprimant parce qu’on sait qu’on ne va pas vers les beaux jours, bien au contraire et même ces derniers, on sait qu’ils raccourcissent comme une peau de chagrin. Mais l’automne, c’est aussi la flamboyance des étés indiens. J’ai... [Lire la suite]