06 avril 2021

quelques malheurs à vendre

Ça n’aura échappé à personne mais depuis quelques temps, je parle assez facilement de testament, de dernières volontés ou autres choses que l’on aime pas trop évoquer, en général, souvent par une espèce de souci de superstition mais aussi et surtout par une procrastination universelle : j’ai le temps. Eh bien non, on n’a pas autant de temps que ça devant nous, chacun, autant que nous sommes. Et moi, en ce moment, grâce à l’aide bienveillante, généreuse et joviale du président (le mien), je suis en train de faire ce qu’il a déjà... [Lire la suite]

25 octobre 2020

les apparences sont trompeuses

Les apparences sont trompeuses, cette jolie culotte est une culotte contre les fuites urinaires. Euh… Est-ce qu’on doit dire « contre les fuites urinaires » ou « pour les fuites urinaires » ? En effet, cette culotte, est-celle pour ou contre les fuites urinaires ? Et les femmes qui sont obligées d’en porter, hein ? Sont-elles pour ou contre ? Est-ce que franchement, quand elles achètent des culottes parce qu’elles ont des fuites urinaires, est-ce que franchement, elles se demandent si... [Lire la suite]
23 avril 2018

un nouveau jour s’est levé

Un nouveau jour s’est levé, ce matin, mais après moi. Car moi, je me suis levé avec un reste de nuit sur les bras. Un peu contre ma volonté. Comme si j’étais quelqu’un de généreux alors que moi, à 6h, le lundi matin, j’ai juste envie de prendre mon temps pour respirer, seul, pendant que la ville dort encore un peu. Pendant que le monde est au niveau zéro du bruit. Pendant que nombreux sont qui soupirent d’aise d’être encore au lit. Pendant que d’autres, ne savent rien faire d’autre que des borborygmes, des raclements et des... [Lire la suite]
06 mars 2016

le coup du parapluie

« Stéphane, tu n’aurais pas un parapluie ? » « Non, je suis désolé… » En fait, j’ai un parapluie. J’en ai même deux. Un dans mon sac Fnac, là, sur la petite armoire à droite de mon bureau et un grand, dans la voiture. Mais quand j’arrive, je ne prends pas le parapluie pour faire les dix mètres qui me séparent du parking de l’entrée du bâtiment. Alors, je me protège la tête à l’aide de ma capuche, s’il pleut trop fort ou alors, je reste tête nue. Un peu de pluie n’a jamais fait de mal à personne. Oui, mais... [Lire la suite]