27 décembre 2018

après l'heure, ce n'est plus l'heure

Happy birthday for me, happy birthday for me, happy birthday for me, Stéphane, happy birthday for me !... Je suis sincèrement désolé pour mes nombreuses lectrices, dont Mymy en tête, qui se sont trouvées honteuses de ne pas connaître la date de mon anniversaire mais, mes pauvres chéries, c’est trop tard. Ça fait plus de quinze jours que la date est passée et même si des vœux retardataires valent toujours mieux que pas de vœux du tout, après l’heure, ce n’est plus l’heure. Non pas que cela m’ait contrarié mais juste que maintenant, ça... [Lire la suite]

22 octobre 2018

la cuisine dominicale

D’aucuns vont à la messe, le dimanche. Pas moi. D’ailleurs, je pense que je suis même loin d’y retourner un jour. Que ce soit un dimanche ou un autre jour de la semaine. Déjà, même pour mes propres funérailles, il n’y aura pas de cérémonie religieuse. Juste un barbecue et je me suis porté volontaire pour jouer le rôle du mouton qui finira en méchoui. Et surtout, surtout pas de curé, pas de fleurs ni de couronnes. Pas de messe. Pas de prière. Pas de salut pour mon âme vu que je n’en ai pas. C’est ce que je viens d’expliquer à deux... [Lire la suite]
01 août 2018

léguer son corps à la science infuse

Hier, j’ai évoqué mon incinération (valable uniquement quand je serai constaté mort car, évidemment, tant que je suis présumé vivant, ça ne compte pas) et aujourd’hui, j’aimerais évoquer ce qui suivra cet événement, quand il aura eu lieu. Et je vous le demande, en cent comme en mille, qu’est-ce qui suit des funérailles ?  Allez, je vous laisse chercher quelques minutes mais pas plus car je suis vraiment trop impatient de vous donner la réponse. Je brûle d’envie (ça tombe bien) de parler de ce que j’ai sur le bout de la... [Lire la suite]
01 juillet 2017

pendant ce temps-là, la vie continue, même et surtout en cuisine

Pendant ce temps-là, pendant ce temps de tristesse et de grisaille qui n’a rien d’un premier juillet, la vie continue même et surtout en cuisine. Ne me demandez pas pourquoi j’ai ressenti ce besoin pressant de me mettre à faire du sucré (ça m’a pris hier en faisant mes courses) alors que je crois que je suis toujours plus enclin au salé. Et au salace ? Oui, bon, parfois, je l’admets mais on n’est pas ici pour faire du déballage même si c’est un peu la coutume, désormais, sur la toile. Je disais donc que j’ai eu envie de me... [Lire la suite]
16 janvier 2015

the show must go on

C’est vrai qu’on attendait un peu les funérailles des victimes de tous les attentats de la semaine dernière pour envisager de tourner la page et, sans les oublier, sans oublier ce qui s’est passé, pouvoir passer enfin (ou un peu) à autre chose. Mais finalement, le retour des informations sensationnelles sur les interventions policières en Belgique, entre autres, contre des groupuscons (des groupuscules de cons, c’est un mot-valise que je viens d’inventer), ça ne nous laisse pas tant respirer que ça. De toute façon, malgré tout, la vie... [Lire la suite]
22 octobre 2014

éloge funèbre

Moi, il y a une chose que je sais (parce qu’on me l’a apprise), c’est que normalement, on ne commence jamais un texte personnel par « moi » mais moi, comme je compte faire mon éloge funèbre aujourd’hui, je suis bien obligé d’être enrobé de prétentieux et de dithyrambe à mon égard. Sinon, soit je n’ai rien à dire et je me tais. Soit je n’ai que des choses désagréables à dire et je me tais aussi car les funérailles ne sont pas des lieux ni des moments pour régler ses comptes. Ce sont des moments où on se rassemble et où on se... [Lire la suite]
20 janvier 2014

il y aura du monde

Barbara chantait « il y aura du monde à mon enterrement » eh bien, en ce qui me concerne, je ne sais pas ce qu’il en sera mais la question peut être posée en ce lundi matin qui hésite entre pluie et ciel bleu, entre inhumation et crémation, entre repas froid et plat cuisiné, entre prendre mon thé ou des cendres et entre sortir ou entrer. Mon Dieu, si vous existez, que de choix, seigneur, que mon choix demeure. Parce qu’il est dit que je continuerai d’hésiter tout autant que d’exister. Mais tant que ça ne dérange pas ceux qui... [Lire la suite]