28 octobre 2020

fait comme un rat

Hier, après avoir cuisiné comme un forcené pendant plus d’une heure trente, histoire de prendre un peu d’avance sur les jours à venir (surtout, ne jamais être en retard, hein, Stéphane ?), j’ai décidé de descendre ma poubelle parce qu’elle était pleine. Et je n’aime pas quand ça traîne, un sac poubelle. Et déjà que ça sentait les lasagnes de pommes de terre dans tout l’appartement, je ne voulais pas que ça sente les détritus en plus. Et voilà que j’enfile mes sandales du genre Birkenstock (faux et usage de faux mais j’assume) et... [Lire la suite]

28 mai 2018

1068 tasses pour 128,80 litres

Entendons-nous bien afin que les choses soient bien claires : je ne suis pas un forcené des calculs, loin de là. Non, pardon, je ne suis pas un forcené que de certains calculs ni quelqu’un qui aime particulièrement les routines dans ce qu’elles ont de plus absolu. Il n’empêche que pour certaines choses du quotidien, j’aime bien que les choses soient un peu, beaucoup, passionnément toujours les mêmes. Et pour le café du matin, la règle est la suivante : du mardi au vendredi, je prépare la cafetière pour trois tasses car je n’en... [Lire la suite]
28 avril 2016

avant l'heure, ce n'est plus l'heure mais c'est quelle heure ?

Je dors paisiblement. Du moins en apparence. Je me suis couché relativement de bonne heure comme souvent, en ce moment et j’espère passer une nuit correcte à défaut d’en vivre une bonne. Malgré les souhaits du président quand je lui ai dit que j’allais au lit. Soudain, je me réveille. Forcément, je regarde l’heure car je suis un névrosé des aiguilles. Un obsédé de la chose. Un forcené des horaires. Et quand je me réveille, la nuit, je ne peux pas faire autrement que regarder ce que l’appareil affiche. Et deux fois plutôt qu’une. En... [Lire la suite]