20 juillet 2018

Dieu (s’il existe) reconnaîtra les chiens

Kali ! Shouka ! Pardon, Chouka ! Allez, revenez par ici, ce n’est pas propre, là-bas. C’est vraiment amusant de les voir courir comme des fous, surtout elle, en tête et lui, ensuite, qui essaie toujours de la dépasser mais il ne fait que la talonner. Ce qui n’est déjà pas mal… Je me demande s’ils comprennent quand je contracte leurs deux noms. Tiens, je vais ressayer, pour voir : Choukali ! Venez ici ! Bof, je ne sais pas s’ils n’ont pas compris ou s’ils vaquent juste à leurs occupations.... [Lire la suite]

30 juin 2018

intouchables ?

Ça fait deux fois que je suis amené à pousser le fauteuil roulant de Claude, la première fois, je l’ai fait spontanément et hier, pour la seconde, c’est le patron qui m’a demandé si je voulais bien venir car il a un problème de cruralgie et donc, pousser Claude, ce n’est pas ce qu’il y a de plus conseillé dans son état. D’ailleurs, Claude, a même très bien réagi, pour une fois car il a dit, avec une certaine lucidité : « Faut pas pousser, non plus ! » Justement, hein ? Et donc, me voilà en train de monter... [Lire la suite]
01 mars 2018

un coup de barre ?

Et puis, monsieur, madame, mademoiselle, sachez qu’en ce moment, je suis bien fatigué, j’en ai marre, j’en ai marre, j’en ai marre… Alors, comme ça, on a un coup de barre, Stéphane ? Oui, ces derniers jours ont été un peu pénibles. Entre cette allergie suite à l’absorption d’un médicament générique qui ne m’a pas convenu ; la rupture avec l’autre, là, mon ex-non-meilleure amie ; le grand froid qui nous a enveloppés pendant quelques temps ; la fatigue de mes horaires qui, cumulée avec mon âge qui ne recule pas, ne... [Lire la suite]
12 janvier 2018

vite, vite, vite

Vite, vite, vite, que je me dépêche d’écrire quelque chose car pour après, comme je me suis fait une promesse, j’aimerais bien la tenir. Je me suis promis de me payer une énorme tranche de sieste. Une grosse part du gâteau du sommeil postprandial. Voire postméridien. Car je n’attends que ça depuis que je me suis levé, ce matin. Je n’attends que ça ou presque. Entre temps, je suis quand même allé travailler, j’ai fait mes un peu plus de sept heures, un temps un peu court quand le business est fatigué et après, je suis allé faire mes... [Lire la suite]
07 octobre 2017

quatre-vingt-dix-neuf et une qui font cent

Quatre-vingt-dix-neuf ! J’en ai fait quatre-vingt-dix-neuf ! Je ne pensais pas en faire autant. À vrai dire, je ne savais pas combien j’allais en faire. Mais je les ai faites. J’ai fait mes petites bouchées au chocolat pour emporter chez Fanny et Paul, demain midi, vu qu’ils nous invitent pour un déjeuner dominical à la campagne près de Bourg-sur-Gironde. Nous leur offrirons d’autres petites choses mais en plus, je tenais à leur faire moi-même des bouchées au chocolat. Plaisir d’offrir et joie de recevoir, oui mais surtout,... [Lire la suite]
05 juillet 2017

pas d'abonné au numéro que vous avez demandé

Il n’y a pas d’abonné au numéro de que vous avez demandé. Non, je suis absent. Pour un temps indéterminé. Et donc, c’est inutile de m’appeler ou de m’envoyer un SMS, je ne suis pas sûr que j’y répondrai. Je suis planqué chez moi et je ne veux voir personne. Je ne suis pas forcément d’humeur et je n’ai besoin de rien. Après, vous pouvez toujours tenter de m’envoyer un courrier et on verra bien ce qui arrivera. Mais je doute que… Parce que n’habite plus à l’adresse indiquée non plus. Non, je n’ai pas encore retiré mon nom de la boîte... [Lire la suite]

28 juin 2017

sonnez, sonnez les mâtines

À vrai dire, plus que d’avoir eu mal physiquement, c’est vraiment le choc psychologique qui m’a mis à plat, depuis l’incident d’hier. Je me suis hébété. Je m’hébète tout seul. Je suis abasourdi. Je me sens lent et lourd. Comme si j’étais orageux moi-même. Il faut que ça passe ou que ça casse mais je sais que ça va passer. Il faut juste un peu de temps, un jour ou deux, sans doute. Le temps que ça s’amenuise parce que d’autres choses vont m’arriver. Et prendre la place de ça. Et puis n’y a-t-il pas de contrecoup ? Ne suis-je pas... [Lire la suite]
15 janvier 2017

télégramme du lendemain

Pas trop le courage d’écrire. Stop. Où en suis-je ? Ou vais-je ? Ou cours-je ? Ou courge ? Qui suis-je ? Pourquoi ce mal de tête ? Pourquoi ne pas dormir toute la journée ? Parce que. Parce que je n’ai qu’à pas avoir une vie sociale aussi intense. Question de choix. Je n’ai qu’à dire que je ne veux plus voir personne. Ni recevoir personne. Et comme ça, en bon ermite, je n’aurai plus de contrainte et je n’aurai plus aucune raison de me plaindre. Sauf s’une éventuelle solitude. Que j’aurai décidé... [Lire la suite]
08 octobre 2016

tueur en série

Encore ce matin, au bureau, j’étais encore moins d’humeur que d’habitude, avec ma migraine naissante et je ne me suis pas privé de me venger sur elle. Elle n’avait qu’à pas être là à cet instant précis. Au mauvais endroit et au mauvais moment. Il y en a pour qui ça n’est vraiment pas de chance. D’autres traversent la vie sans catastrophe majeure et certains (peut-on les appeler les élu(s) ?) se voient perdre leur vie en pleine force de l’âge. Non pas d’une grave et longue maladie, non pas d’un accident de la route et encore moins... [Lire la suite]
30 juin 2016

passage à l'heure d'été, d'été

Cette année, j’aurai fait deux passages à l’heure d’été. Soit un (double) passage à l’heure d’été, d’été. Depuis hier, depuis hier soir ou depuis ce matin, j’avoue ne plus très bien savoir quand ça a commencé, mais depuis hier, je suis donc passé en horaire spécial. En décalage horaire. Et je me dis que du coup, soit je suis en avance sur les autres, soit je risque d’être très vite à la traîne. Mais en avance sur les autres, c’est déjà ça d’assuré vu que je me lève avant tout le monde. Exclus tous ceux qui ne sont toujours pas encore... [Lire la suite]