15 novembre 2019

points d’hésitation

Ah non, vous m’avez mal compris, je n’ai pas écrit « point d’hésitation » ni « point d’hésitations » mais bel et bien « points d’hésitation » car je viens tout simplement de voter à ma majorité absolue (j’étais le seul votant et j’ai dit oui) la création d’un nouveau signe de ponctuation : les points d’hésitation. Parce que quand j’écris quelque chose, parfois, j’hésite entre le point d’exclamation et le point d’interrogation, d’une part et entre rien et rien quand je suis justement en train... [Lire la suite]

15 janvier 2018

vivre avec son temps présent

Ce matin, j’ai vécu un moment à la fois extraordinaire et banal. Banal parce que ce moment-là était quasiment le même pour tous les autres, pour tous ceux que j’ai croisés. Que ce soit sur le chemin pour aller à la station de tram ou dans ce dernier ou encore, dans les rues, autour de la place des Quinconces. Il était à peine huit heures quand je suis sorti de chez moi. Le jour, cette grosse feignasse, était encore au lit et se tapait comme une grasse matinée, ce qui est inadmissible, un lundi matin. Le dimanche, passe encore mais le... [Lire la suite]
26 juin 2017

c'est une maison extraordinaire...

On y voit aussi des statues qui se tiennent tranquilles tout le jour, dit-on ; mais moi, je sais que, dès la nuit venue, elles s'en vont danser sur le gazon. Je viens faire amende honorable et me repentir. J’ai failli médire un peu trop sur Narbonne, avant d’y aller, samedi mais contre toute attente, je suis tombé sous le charme de cette ville que je méconnaissais totalement. Comme quoi, il faut bien ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je suis tombé sous le charme de ces grands arbres qui bordent les beaux... [Lire la suite]
08 novembre 2016

bon, c'est décidé, aujourd'hui, je pleus

Oui, c’est étonnant, hein ? En général, on dit toujours qu’il pleut car pleuvoir est un verbe impersonnel en plus d’être complètement intransitif. Mais peu me chaut que toutes ces considérations d’ordre grammaticales, aujourd’hui, j’ai décidé que j’allais pleuvoir. Histoire de montrer au monde quelle est l’étendue de mes pouvoirs. Parce que j’ai plein de pouvoirs. Et pas seulement quand j’allais assister aux assemblées générales de la précédente copropriété dont je faisais partie.  Non, j’ai aussi plein de pouvoirs... [Lire la suite]
15 octobre 2016

il ne faudrait pas s’impatienter non plus

Des fois, on a hâte d’arriver à un moment qu’on a attendu, qu’on attend depuis longtemps et en cours de route, soit les choses ne se passent pas comme prévu, soit quand l’instant T est là, on est déçu. Et on est rarement déçu en bien. Parce que c’est un peu le principe de tous les fantasmes. Tant qu’on les rêve, c’est extraordinaire et quand on les réalise, ce n’est pas tout à fait ça. La réalité nous tombe sur le coin de la gueule et la réalité, c’est toujours nettement moins beau que nos idéaux. Des idéaux, des mots… J’imagine que... [Lire la suite]
05 août 2016

tout pile

Sur le coup, lundi matin, ça m’a amusé mais je suis vite passé à autre chose. Et ça m’est revenu en tête à deux ou trois reprises, pendant la semaine et à chaque fois, je me disais qu’il fallait que je raconte ça et à chaque fois, j’oubliais tout aussi vite. Il faut dire que comme je suis toujours en train de faire plusieurs choses à la fois, de temps en temps, certaines peuvent passer à la trappe. Mais aujourd’hui, j’ai envie d’en parler et vous comprendrez pourquoi à la fin de ce billet. Avant de raconter ce qui m’est donc arrivé... [Lire la suite]
12 novembre 2015

à la douzaine

C’est fou comme parfois, on découvre des choses extraordinaires dans ce qu’on côtoie au quotidien et qui nous est tellement habituel que c’en est devenu banal. Des choses qui passent inaperçues alors qu’on si on prend le temps de se pencher dessus, on va de surprise en surprise. Tiens, par exemple, nous sommes le douze novembre et il fait un brouillard comme si nous étions un onze novembre. Il faut reconnaître que ça se joue à peu de choses… Mais le douze novembre, si on le regarde de très près, au microscope, par exemple, on y voit... [Lire la suite]
07 novembre 2015

une fois au moins, sinon rien

Évidemment que j’aurais aimé, que j’aurais préféré ne pas y aller seul, à cette séance de 13h10, le film dix minutes après. Ou quinze minutes. Je n’en sais déjà plus trop rien car j’ai fermé les yeux et les oreilles pour ne pas entendre les publicités, toujours les mêmes ou presque et parce que je me sentais un peu fatigué et que c’était toujours ça de pris. Alors, évidemment, y aller seul, ça m’a permis ces quelques minutes de repos que je ne me serais pas autorisé si nous y étions allés à deux. Et pourtant, j’aurais bien aimé,... [Lire la suite]