29 décembre 2018

est-ce depuis ma crise de foi, que je suis devenu plus hargneux ?

Je ne sais pas s’il y a une relation de cause à effet entre mon reniement de baptême et mon tempérament plus hargneux, plus ronchon, depuis quelques temps mais on est en droit de se poser la question. Je suis en droit de me poser la question car je préfère me la poser à moi-même plutôt qu’on me la pose. Je n’ai pas besoin d’intermédiaire. C’est comme pour m’adresser à un Dieu, s’il en existe un, je n’ai pas besoin qu’on me serve de « go between » bon, en même temps (coucou, monsieur M.) je me suis si peu adressé à Dieu, dans... [Lire la suite]

03 octobre 2018

et si je continuais sur ma lancée

Normalement, j’avais d’abord eu dans l’idée de fêter le deux-millième billet avec fastes et grandeurs mais je ne suis pas le château de Versailles, je n’aurais pas mis les grands plats dans les petits et je n’aurais pas cherché à ventiler plus haut que mon fessier. Qu’en termes polis cette chose-là est dite, ce me semble, non ? Et puis, finalement, à part une orgie de homards, c’est passé quasiment inaperçu mais je n’ai pas non plus sorti le grand jeu. Donc, ai-je eu raison ou ai-je eu tort ? Je ne sais pas précisément... [Lire la suite]
12 juin 2016

cinq questions essentielles, pour ne pas dire existentielles

Première question essentielle, pour ne pas dire existentielle : qui a peur de Virginia Woolf ? On se le demande depuis bientôt cinquante-cinq ans et on peut se demander si on a déjà entendu une réponse crédible à ce sujet. Je pense que non parce que, si ça avait été le cas, bien des scènes de ménage et des règlements de compte familiaux n’auraient pas eu lieu depuis. Ça prouve surtout qu’on ne tire pas toujours des leçons de nos expériences. Autre question capitale, pour ne pas dire ontologique : que sont devenues les... [Lire la suite]
23 décembre 2013

on ne dit pas "je veux"

Quand j’étais petit, on m’a appris à ne pas dire « je veux », mais « je voudrais », « il me plairait », « il me saurait particulièrement gré d’avoir le bonheur d’avoir… » sans oublier le « s’il te plaît », à la fin, sinon, je pouvais demander plusieurs fois sans jamais avoir ce que je voulais. Ce que j’aurais aimé avoir. Ce qu’il m’aurait été particulièrement gré d’avoir le bonheur d’avoir… », je pouvais toujours courir, je n’aurais rien eu. Que dalle. Que t’chi. Peau de balle.... [Lire la suite]