05 novembre 2019

une mise en bière

Forcément, curieux comme je suis, quand j’ai quelque chose qui m’interpelle, je ne peux pas faire autrement que tout faire pour comprendre le pourquoi du comment. J’en veux pour exemple cette bouteille de bière de 75cl, que j’ai achetée hier matin alors que je n’aime pas du tout en boire. Déjà, je me suis demandé pourquoi je l’avais mise dans ma liste de courses. Et puis en réfléchissant un peu, je me suis souvenu que c’était normal, vu que je vais faire une nouvelle recette à base d’échine de porc, de pommes fruits et de pommes de... [Lire la suite]

08 juin 2019

avant l’heure, ce n’est toujours pas l’heure

Je le sais bien qu’avant l’heure, ce n’est pas encore l’heure mais que voulez-vous que j’y fasse, ce n’est pas ma faute si je me lève tôt voire trop tôt, je suis programmé pour être du matin et je ne comprends pas pourquoi tout le monde n’est pas comme moi. Non pas que j’aime particulièrement l’uniformité mais sur ce point-là, ça serait mieux que tout le monde suive mon exemple. d’une part, ça limiterait le nombre de noctambules alcoolisés qui viennent emmerder les braves gens qui dorment en rentrant chez eux en s’engueulant comme... [Lire la suite]
15 juin 2018

aberrations

Il m’est revenu deux ou trois choses en mémoire qui m’ont amusé, quand je les ai lues ou entendues pour la première fois. Et puis, de l’eau a passé sous les ponts, des villages et des villes ont été inondés et la mer n’a pourtant jamais débordé, depuis. Et là, ce matin, alors que j’étais en train d’écrire des choses pour mon boulot, notamment des chiffres en lettres, sans jouer avec, jusqu’à ce que justement, ça m’est revenu en tête et j’ai alors choisi de me distraire un peu tout en continuant de travailler. D’aucuns vont... [Lire la suite]
26 février 2018

je n’y comprends rien, c’est vrai que je suis mort ?

Je suis mort. Ça signifie donc que c’est faux puisque j’énonce l’information au présent. Ou alors, ce n’est qu’une vue de l’esprit comme pour un auteur qui écrit un roman dans lequel, un de ses personnages dit qu’il est mort. Là, c’est un effet de style. Écrire à la première personne du singulier. Un choix délibéré. Certainement pour mettre le lecteur en condition. Mais si on sort de l’aspect littéraire de la chose, si je dis : je suis mort. C’est donc une contre-vérité. Mais si, avant, j’ai pris le soin de préciser que je ne... [Lire la suite]
22 février 2018

deux enfants des autres

Les enfants des autres ne sont pas tous des chiards capricieux et insupportables. Non, hier, j’en ai eu la preuve par l’exemple. Non pas que je sois tombé sur des enfants modèles, ça, je n’en sais rien mais en tout cas, les deux que j’ai repérés me semblaient bien élevés et surtout, bien élevés. Oui, je sais, je me répète mais ça me semblait important d’insister sur ce point essentiel pour ne pas dire capital. Ou fondamental. Enfin, vous me comprenez, quoi ! Je vais donc de ce pas vous présenter ces deux enfants qui m’ont... [Lire la suite]
15 juin 2016

avec modération

Il en est des gens, comme des fruits, des légumes et des boissons alcoolisées. Certains sont bons pour notre équilibre et d’autres, sont à bannir de nos relations. Je vais prendre un exemple au hasard. Tiens, moi, puisque je suis là, juste là. Ce n’est pas la peine d’aller chercher plus loin ce que j’ai sous la main. Attention, je n’ai pas dit « dans la main !... » Donc, en ce qui me concerne, est-ce que je peux faire le point sur mes relations pour voir si je suis cohérent avec la phrase de l’introduction de ce... [Lire la suite]
03 avril 2015

à, de

Il en est des prépositions comme bon nombre d'autres astuces grammaticales de la langue française. Il semble bien que les deux suivantes : "à" et "de" soient toujours utilisées à plus ou moins bon escient. Alors, aujourd'hui, nous allons faire dans le culturel et donner une leçon qui, je l'espère, sera ferme et définitive. Quand la préposition a une fonction possessive, il est d'usage de se servir de "de" et non pas de "à" ou non pas d'"à". Moyen mnémotechnique pour se le mettre en mémoire : "de de et pas... [Lire la suite]
01 octobre 2014

das rechte wort

Leçon numéro 4 : la construction de la proposition. 1) La principale et la subordonnée ne diffèrent que par la place du verbe au mode personnel : toujours en place 2 dans la principale, sauf dans l’interrogation directe où il est en place 1 ; le mode personnel est en toute dernière place dans la subordonnée, sauf : a) dans le double infinitif (voir Infinitif) ; b) dans l’inversion conditionnelle (voir Inversion Conditionnelle) ; c) dans le cas où l’on supprime (voir à ce chapitre.) 2) Intégrez déjà le... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 16:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,