09 juillet 2019

après, je crois que le mieux, c’est de ne pas aller trop loin

Après, je crois que le mieux, c’est de ne pas aller trop loin. C’est vrai, ça, je n’aimerais pas qu’on déballe ma vie privée en public, qu’on jette mon intimité en pâture à tous ces vautours qu’on peut trouver sur Internet et donc, je ne vais pas faire à autrui ce que je n’aurais pas aimé qu’on me fît (bel imparfait du subjonctif, si je ne m’abuse !) et donc, je ne vais pas entrer dans plus de détails que ça sur Solange. Je trouve que, comme pour moi, ça fait déjà beaucoup d’un coup. En une semaine, tant de choses ont été... [Lire la suite]

27 août 2018

deuxième week-end à Biscarrosse : le contrôle des connaissances

Eh bien voilà, le week-end est terminé. Pour ta première fois à Biscarrosse, ça ne s’est pas trop mal passé, qu’est-ce que tu en dis, toi, Chouchou ? Tu es content, je comprends. En tout cas, tu en as profité, toi, tu t’es bien reposé, toi aussi. Si, plus que moi. Ça aurait dû être le contraire mais bon, c’est vrai que tant que je ne me pose pas sérieusement, j’ai du mal à rester en place. Je suis une pile et parfois, il faut me débrancher et là, oui, je me détends. Je fais relâche. Tu as particulièrement aimé les desserts que... [Lire la suite]
25 avril 2016

le billet de 17h15, in extremis

Zut, j’ai raté le billet de 9h45, ce matin. Je me suis levé à 6h, à peu près comme chaque dimanche et chaque lundi. Comme chaque week-end, quoi. À une demi-heure près. Et à quelques exceptions près. Et, bien sûr, dès que j’en ai été capable, assez rapidement après être sorti du lit, j’ai été capable de penser à l’organisation de ma journée. À tout ce que j’avais à faire tout en ménageant des moments de détente et de loisirs car on est lundi, merde, il ne faut pas pousser mémé dans les orties, je suis en repos hebdomadaire, moi. Zut,... [Lire la suite]
26 décembre 2015

deux qui l'Étienne

Deux qui l’Étienne… Bon d’accord, je ne suis pas du genre à me jeter sur les calendriers pour connaître le saint du jour et je n’aime pas être sans savoir à quel saint me vouer mais quand même, ça fait 56 ans que je suis né et 56 ans que très peu de gens savent me souhaiter une bonne fête quand c’est le jour J. Le jour adéquat. En gros, si je ne le dis pas, si je ne préviens pas les autres, à quelques exceptions près, tout le monde oublie, personne n’y pense ou tout le monde s’en fout. Bravo, on a les amis qu’on mérite, c’est... [Lire la suite]