17 mars 2020

un mot sur trois

Dans le cadre du confinement général annoncé hier soir par Emmanuel Macron, je suis au regret de vous informer que pour le troisième paragraphe, il n’y aura qu’un mot sur trois afin de bien respecter la distance entre eux et pour que l’épidémie de ce satané coronavirus ne s’aggrave pas plus qu’elle ne l’est déjà. Conscient de la gêne occasionnée, j’ai fait le maximum pour que la compréhension de ce magnifique texte soit la moins pénalisée possible et je compte sur l’exceptionnelle intelligence de mon lectorat (et de ma lectorate) pour... [Lire la suite]

09 avril 2019

suite à une erreur humaine, pas de billet aujourd’hui

Nous sommes désolés mais par suite d’une erreur humaine, le billet du jour ne pourra pas être publié en temps et en heure et soyez assurés, que nous mettons tout en œuvre pour que la boulette soit réparée et sachez aussi que l’auteur de cette connerie sera sanctionné, comme il se doit (comme il se doigt ?) et, afin de ne pas vous laisser totalement désemparés devant un blog sans aucun nouveau texte, comme il est coutumier qu’il y en ait un tous les jours sauf incident, nous avons plusieurs possibilités qui s’offrent à nous. Afin... [Lire la suite]
14 juillet 2018

roulements de tambour : qui prend la douche ?

Dans mon billet d’avant-hier, j’ai raconté le fait que j’avais envoyé Chouchou faire le cours de gym avec le coach, mercredi. Et Jany, une de mes (rares) lectrices (et encore, je crois que j’ai plus de lectrices que de lecteurs) m’a envoyé un commentaire en forme de question à laquelle je vais répondre. Mais pas tout de suite. D’abord, je voudrais la remercier, Jany l’Envahisseuse… Non, pardon, je me suis trompé de Jany, là, il s’agit de Jany la Discrète qui vient régulièrement me rendre visite et qui, de temps en temps, me laisse un... [Lire la suite]
29 février 2016

le vingt nouveau

Eh oui, je sais que c’est devenu tellement commun que ça finit par passer inaperçu mais aujourd’hui est un jour exceptionnel, rare et quasiment unique car c’est le jour du vingt nouveau. Un peu comme des vendanges très, très tardives mais on sait tous bien que tout vient à point nommé à qui sait attendre. Ça fait quatre ans qu’on attend cette cuvée si particulière. Au gui, l’an neuf. Il n’y a jamais loin de la coupe aux lèvres, dit-on dans le dicton et il paraît même qu’on peut boire et vider son verre jusqu’à l’hallali. Moi, je suis... [Lire la suite]