15 janvier 2019

l'arbre à malices

Alors que je n’ai pas d’enfant (je n’en ai jamais eu et je pense que je n’en aurai jamais), c’est drôle comme je suis facilement sollicité pour donner des idées à certains parents pour des activités, des lectures ou autres. Tiens, pas plus tard que ce matin, Virginie, au bureau, est venue me demander de l’aide car je suis quelqu’un qui est réputé pour son imagination et sa fantaisie et elle, elle est beaucoup plus cartésienne et les pieds bien ancrés dans la terre. Son aîné, qui doit être en CP, si je ne me trompe pas, vient de se... [Lire la suite]

07 janvier 2019

jaune cocu

J’aime le jaune des soleils qu’on dessine quand on est enfant, un jaune franc du collier avec beaucoup de rayonnement. C’est un jaune éclatant, un jaune un peu rêvé car en réalité, le soleil est plutôt jaune d’or. Et j’aime justement le jaune des boutons d’or, ces petites fleurs qu’on se mettait sous le menton et dont le reflet sur notre peau nous faisait dire : tu aimes le beurre. J’aime le jaune du beurre sauf quand celui-ci devient terne car il a ranci. Je n’aime pas le beurre rance et je n’aime pas le jaune des gilets et des... [Lire la suite]
08 octobre 2018

cinq, quatre, trois, deux, un, zéro, stop !

Cinq, quatre… Ça y est, le compte à rebours est commencé. J’ai déjà fait pas mal de choses, ce matin. Entre autres, aller aux Quinconces pour prendre la presse gratuite, écrire, lire, ranger la vaisselle d’hier soir, mettre le linge propre dans le panier pour le repassage et préparer le déjeuner. Mais je ne suis plus en week-end pour autant, du moins, dans les un peu plus de trois heures. Parce que là, je suis dans une espèce de course contre la montre. À 11h pétantes, j’ai cours avec le coach. Et avec le patron puisque nous y allons... [Lire la suite]
26 mars 2018

bon, on s'est fait un câlin, ce matin

Et à la différence de l’araignée, câlin du matin n’est pas chagrin, bien au contraire. J’avoue que j’avais un peu les pétoches, en allant chez le patron, ce matin. Et si Chuka était traumatisé par mon comportement d’hier suite à son comportement traumatisant ? Et si tout le travail d’apprivoisement des premiers mois était à refaire. Non, en réalité, ça s’est passé comme avec un enfant : sur le coup, hier, il avait peur de moi, encore sous le choc de mon autorité naturelle (hmmm, hmmm !) et ce matin, tout était oublié,... [Lire la suite]
20 décembre 2017

compter sur soi

Je me souviens d’un mauvais début de nuit, je devais être jeune adolescent et dans ma chambre de garçon boutonneux, il m’était venu à l’idée de compter jusqu’au maximum qu’il m’était possible de faire sans m’endormir. Je veux dire que je voulais arriver à un nombre que je voulais mémoriser avant de sombrer dans le sommeil pour pouvoir reprendre à ce niveau-là une autre fois, si j’en avais soit besoin, soit juste envie. Et je me revois encore en train de me dire : mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf et deux mille. Et m’arrêter... [Lire la suite]
23 novembre 2017

le fruit de ses entrailles

Ou le fruit de son travail… Quand j’étais petit, que j’allais à la messe ou au catéchisme et qu’on nous faisait répéter les prières, toujours les mêmes, le Pater Noster et l’Ave Maria, je préférais nettement le premier à la seconde. Pourtant, m’adresse à la vierge Marie, c’était un peu comme parler à une deuxième maman, ça avait quelque chose de douillet. Sauf à partir de la quatrième phrase où là, tout d’un coup, ça me dégoûtait un peu. Il faut dire que j’ai toujours été un peu (!!!) délicat et les mots ont toujours eu du pouvoir sur... [Lire la suite]

05 novembre 2017

dimanche chrétien

Je ne sais pas comment je me suis organisé, aujourd’hui, jour du saigneur, comme on dit dans les abattoirs, mais depuis ce matin, sans avoir vraiment arrêté, je n’ai quasiment rien fait de très, très concret. Bon d’accord, je suis allé au marché, je suis allé livrer Claude et le patron, je suis rentré, j’ai préparé un osso bucco de dinde, on a déjeuné, je me suis mis devant la télé un peu pour me reposer, je me suis remis en cuisine, après et là, il est presque 16h30, on vient d’essuyer un très gros orage de grêle et je n’ai pas... [Lire la suite]
02 janvier 2016

et s'il n'était pas une fois

On va partir de ce principe. Que pour une fois, s’il n’était pas une fois, y aurait-il alors eu des princesses au bois dormant qui pourraient se faire réveiller d’un simple et chaste baiser (à peine sur leurs lèvres fermées) par un prince charmant. Quand j’étais petit, j’aimais les contes mais ça n’était pas ce que je préférais. Je n’ai pas de souvenir d’histoire que me racontaient mes parents. J’ai des souvenirs de livres pour enfants que je lisais dans mon lit. Et en particulier, un soir, je lisais un roman adapté à mon âge, bien... [Lire la suite]
14 mars 2015

le premier à partir

J’ai trois images de lui qui me reviennent spontanément en mémoire, là, maintenant qu’il vient de partir. Maintenant qu’il a fermé la porte et maintenant qu’il a laissé les siens, comme ça, sans un mot, sans un au-revoir, sans un signe de la main. J’ai d’abord cette image de lui, quand j’étais petit et qu’il était celui de tous qui me faisait le plus peur. C’est peut-être un mot un peu fort « peur », mais c’est sûr qu’il m’impressionnait. De par sa carrure, sa grosse voix et le fait qu’il me faisait penser à un ogre. Et... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 15:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
28 juillet 2014

escale à tort (et à travers)

Je me souviens, quand j’étais petit, il n’y avait pas beaucoup d’escalators dans les magasins de là où j’habitais et même dans le métro, quand nous allions sur Paris, hormis dans les grands magasins, éventuellement, je n’ai pas souvenir que c’était une chose normale dans notre quotidien. Et de ce fait, quand il y en avait un, secrètement, j’espérais que nous allions le prendre et je souriais jusqu’à mes oreilles car c’était un peu comme une fête. C’était un temps où les enfants que nous étions étaient encore capables de s’émerveiller... [Lire la suite]