09 avril 2020

qu’est-ce que tu veux manger, Claude ? (billet garanti sans coronavirus)

Qu’est-ce que tu veux manger, Claude ? Oh n’importe, tu sais, moi ça m’est toujours égal, je mange ce qu’il y a mais quand même, de préférence, pas du poulet, on en a mangé encore hier. Bon d’accord, alors, je vais aller faire les courses et je préparerai en fonction de ce que je trouverai. Je ferais bien du poisson, tiens, suivant ce qu’il y aura chez Michel, puisque je passe devant sa boutique en allant chez le coiffeur. Ou plutôt en revenant car il ne sera pas ouvert quand j’irai mais quand j’en reviendrai, en plus, ça sera... [Lire la suite]

01 avril 2020

les pois cassés (billet a priori garanti sans coronavirus)

Depuis dimanche, nous sommes passés à l’heure d’été (j’aurais plutôt appelé ça « heure de confinement » mais j’ai promis de ne pas parler du coronamachin dans le billet d’aujourd’hui, alors, je m’abstiens, sinon, je vais passer pour le rigolo de service – pas toujours drôle mais bon…) et donc, quand je me lève et que je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d’habitude sauf que là, il me fait attendre un peu plus longtemps pour voir que le jour ne fait pas la grasse matinée, lui. Entre 6 heures 7 minutes et 6 heures 34... [Lire la suite]
28 décembre 2019

quelques règles de civilité et de comportement décent en société…

Après deux ou trois billets particulièrement pesants car vraiment trop sérieux (qui me ressemblent ?), aujourd’hui, je vais vous proposer un peu de légèreté, nous allons voir ensemble les Règles de Civilité et de comportement décent en société et dans la conversation du grand George Washington qui, je vous le rappelle, n’est qu’un homonyme de celui qui fut le premier président des États-Unis de 1789 à 1797, parce que la place en France était déjà prise avec la Révolution. Pardon ? C’est le même qui a écrit ces Règles de... [Lire la suite]
13 novembre 2019

vous voulez que je vous tutoie, d’accord, mais il faut que je vous dise d’abord…

Depuis avant-hier, je forme un petit jeune pour la promenade des chiens du soir. Normalement, je n’y allais que le dimanche matin pour accompagner le patron car les autres matins, une jeune fille a l’habitude de venir et le soir, c’est le patron qui s’en occupe. Mais là, depuis une bonne dizaine de jours, le patron (trois fois dans le même paragraphe ! Quand je vous dis que j’ai le sens de la répétition !) est malade et du coup, c’est moi qui m’y colle. Bon, quand il ne pleut pas, ça va, même si je patauge pas mal dans la... [Lire la suite]
26 septembre 2019

Stéphane versus Stéphane

Attention, dans ce billet, un Stéphane peut en cacher un autre ! Bonjour, je m’appelle Stéphane et je suis ravi de vous rencontrer. Bonjour, moi aussi, je m’appelle Stéphane et je suis enchanté de vous connaître. C’est rigolo, on a le même genre de formule de politesse. En même temps, il n’y a pas cinquante façons de se présenter élégamment. Surtout quand on est bien élevé. Vous m’avez l’air d’avoir eu une bonne éducation, vous Stéphane ? Vous me l’avez ôté de la bouche, vous de même, Stéphane. Oh, c’est vraiment drôle,... [Lire la suite]
24 août 2019

je croyais qu’on les appelait les Biscarrots et les Biscarrottes

Pendant très longtemps, j’ai cru que les habitants de Biscarrosse s’appelaient les Biscarrots et les Biscarrottes alors que c’est complètement faux. Parce que les habitants de Biscarrosse s’appellent les Biscarrossais et les Biscarrossaises. Ni plus, ni moins. Mais je trouve ça nettement moins joli et moins amusant de dire Biscarrossais que Biscarrots. Et surtout Biscarrossaises que Biscarrottes. Parce que franchement, vous pourriez faire des jeux de mots avec Biscarrossais et Biscarrossaises, vous ? Moi pas. En tout cas, jusqu’à... [Lire la suite]

11 mai 2019

pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ?

Pourquoi tu ne dis rien, Stéphane, aujourd’hui, tu boudes ? Non, je ne boude pas. Je n’ai rien à dire. C’est tout. Ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on ne doit rien dire, on peut quand même parler de plein de choses même si ce ne sont pas que des choses amusantes. Ou légères. On peut dire des bêtises et pour ça, il me semble que tu n’es jamais le dernier. Je n’ai pas envie de dire des choses drôles, aujourd’hui. Si on m’oblige à l’ouvrir, ça risque de ne pas être gentil pour plein de gens, alors, non, je ne boude pas... [Lire la suite]
01 avril 2019

fish and chips

Quand je pense qu’on est le premier et que je ne pourrai même pas faire de poisson d’avril à mon travail, comme je ne l’ai pas fait pendant les quatorze ans que j’ai passés là-bas ! C’est vrai, ça, faire des poissons d’avril chez un poissonnier ou un mareyeur, c’est encore plus drôle, non ? Oui, c’est vrai, j’aurais dû en faire. J’aurais dû en accrocher des poissons morts au dos de mes premiers patrons, Nicole et son fils Freddy. Si ça se trouve, ils ne s’en seraient même pas rendus compte tant ils étaient obnubilés par... [Lire la suite]
12 mars 2019

peut-on être drôle sans le savoir ?

À quelqu’un comme moi qui est toujours en train de dire des bêtises, qui serait prêt à tuer père et mère pour faire un bon mot qui se veut d’esprit et qui a toujours le sens de la répartie même pour les calembours les plus douteux, on peut demander si on peut être drôle sans le vouloir et sans le savoir. J’ai envie de répondre oui et pour illustrer mon propos, je vais prendre trois ou quatre exemples pris au hasard de l’actualité de ces soixante dernières années. Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit « trois ou quatre... [Lire la suite]
10 mars 2019

ça m’a fait (un peu) rire mais je me demande si ce n’est pas un peu vexant

Quand le président m’a dit « tu vas rire ! », je ne l’ai pas vraiment cru car dans le couple, c’est plutôt moi le clown et lui, il n’est pas toujours mon meilleur public mais là, pour une fois qu’il s’apprêtait à me dire quelque chose d’éventuellement drôle, je me suis préparé mais sans plus. Déjà, je savais que ça ne serait pas un jeu de mots. Je craignais seulement que ça ne soit quelque chose d’amusant par rapport à ses activités et là, j’avais des doutes mais j’ai fait l’effort d’arrêter de me déshabiller... [Lire la suite]