30 juillet 2016

le plus dur est-il fait ?

Je ne voulais pas courir comme un dératé et justement, à l’inverse, prendre un peu mon temps, comme disait Signoret. Mais non, le président, comme je le craignais a fait une promesse qu’il n’a pas tenue à l’instar de tous les présidents, ou presque. Alors que je stressais à l’idée de devoir emménager une fois mes congés terminés et mes nouveaux horaires, il m’a pourtant bien dit que mais non, on aura tout le temps, on ne va pas se crever à la tâche. Et moi, en bon électeur citoyen, je l’ai cru. Naïvement mais avec un léger doute... [Lire la suite]

12 juillet 2016

cinquante nuances de gris

Vu l’état et vu la couleur du ciel de ce matin, en plein mois de juillet, j’ai décidé que pour aller signer le compromis de vente de notre appartement, à 9h30, je vais m’habiller tout en gris. Je serai raccord avec l’ambiance de ce qui se passe dehors. Les rues sales après un mois de festivités alcoolisées non-stop n’incitent pas spécialement à se faire beau pour elles. Les nuages bas, lourds et gris ne donnent pas envie de porter des couleurs claires, joyeuses ou chantantes. Et le fait d’aller chez le notaire ce matin tout en ne... [Lire la suite]
01 juillet 2016

ce mois-ci, cette fois, enfin

Il y a juste un mois, le 1er juin dernier, je me demandais, avec un peu d’inquiétude mâtinée d’une légère colère retenue, si j’allais déménager dans les jours qui suivaient ou si j’allais devoir attendre juillet. Mon mauvais pressentiment s’est avéré… nous n’avons pas déménagé en juin et nous savons même que nous avons une si infime chance de signer l’acte authentique le 13 juillet, nous sommes plus sûrs d’y aller à partir du 18. Pas de bol, vraiment, je reprendrai justement le boulot à partir du 19, après deux semaines de vacances.... [Lire la suite]
24 mai 2016

la nature s'en remettra peut-être mais nous ?

Non, ce n’est pas grave de bloquer un pays qui rencontre déjà pas mal de difficultés. Ce n’est pas grave de paralyser un pays qui est en pleine crise. Un pays qui doute de lui tout en étant tellement arrogant. Le paradoxe est  un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre mais ce pays-là, oui. Ce pays-là, c’est le mien, c’est la France. C’est un pays en état d’urgence mais on n’a jamais autant manifesté qu’en ce moment (le « autant » reste à prouver mais on n’est plus à ça près, si ?) et chacun fait ce qui lui... [Lire la suite]
25 septembre 2015

il automne

Il automne à pas furtifs, chantait Barbara dans ce que je considère être une de ses plus belles chansons appartenant à sa dernière période. Une chanson qui lui collait si bien à la peau. Et qui m’allait comme un gant. Parce que l’automne qui vient, ce n’est pas triste du tout. C’est parfois un peu gris, un peu déprimant parce qu’on sait qu’on ne va pas vers les beaux jours, bien au contraire et même ces derniers, on sait qu’ils raccourcissent comme une peau de chagrin. Mais l’automne, c’est aussi la flamboyance des étés indiens. J’ai... [Lire la suite]
18 février 2015

le troisième oeil

Notre premier échange de regards, coups d'œil d'abord en biais avant d'être droitement l'un dans l'autre : chacun se jauge, s'observe, tente de tout savoir en un clin. On pose un peu, on fait le beau. Nous sommes là, tranquilles alors que le temps s'écoule en nous promettant monts et merveilles l'un pour l'autre. Nous ne sommes que tous les deux. Le monde n'existe plus autour de nous. Les autres sont flous pendant que nous nous apprécions comme à travers d'une lucarne connue de nous seuls. Je pose un peu, je fais... [Lire la suite]
20 juillet 2014

depuis qu'Il m'a parlé

Depuis qu’Il m’a parlé, je suis un peu sceptique. Je suis encore un peu plus sceptique que je ne pouvais l’être avant. Mais ça, je n’y peux rien, le doute, ça fait partie de ma vie. Un doute m’habite en permanence. Et s’il n’y avait que ça, en moi, ça pourrait encore passer. Mais Il n’aime pas que je parle de moi comme ça. Je reconnais que je manque singulièrement de pudeur mais je ne pensais pas que ça pouvait Lui « déplaire » à ce point et surtout, j’étais loin d’imaginer qu’Il avait un œil, son œil, sur moi, en permanence... [Lire la suite]
25 janvier 2014

à tous les coups

Au premier coup, tu me dis que je ne suis pas sérieux. Tu me dis que je ne me prends jamais au sérieux. Je ne me prends jamais à rien sauf, peut-être les pieds dans le tapis. Mais aussi parfois, la tête et du coup, une châtaigne. Mais c’est tout ce que je me permets de prendre. Pas même la poudre d’escampette. Ni même mes cliques et mes claques. Même s’il m’est arrivé de tendre l’autre joue car probablement que si tu ne savais pas pourquoi tu me giflais, moi, je le savais. C’est ce qu’on dit. Facilement. Et de toute façon, j’ai choisi... [Lire la suite]