02 mars 2018

balance ton...

Il fait partie de la fanfare de St-Jean-les-Nœuds et il en est membre depuis maintenant près de soixante ans et il reconnaît que s’il aime retrouver la plupart des musiciens, ça commence un peu à lui peser et il se demande si, vu son âge, il ne devrait pas tout simplement abandonner. Renoncer. Prendre enfin du temps pour lui, du bon temps de sa retraite. Même de la musique municipale. Et c’est sa femme qui le pousse le plus. Pour elle, il n’y a plus aucune raison pour qu’il continue de déambuler dans les rues, lors de certaines fêtes,... [Lire la suite]

08 mai 2017

je chante sur mon chemin

Je chante, je chante soir et matin, je chante sur mon chemin… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le cœur léger, aujourd’hui. Je me sens bien. Calme et détendu. Plein d’espoir. Rassuré et prêt à continuer sur la même route. Je chante sur mon chemin car je suis content, je suis heureux. Il y a des moments importants dans une vie et aujourd’hui en est un. Ça ne durera peut-être pas alors, j’en profite. Au moins quelques heures. Je chante sur mon chemin et je siffle dans ma tête. Jusque sur la colline, là-bas. Maintenant, j’en suis sûr,... [Lire la suite]
04 avril 2017

born to lose

En anglais, born to lose, ça signifie « né pour perdre » et hier, j’ai eu cette chanson en tête. Parce que j’étais à Toulouse et je me suis dit que je n’étais pas né à Toulouse, I was not born in Toulouse et pas non plus né pour perdre, not born to lose, du moins, je crois. Un aller et retour dans la journée à Toulouse avec juste une halte à Agen, ce n’était pas une première pour moi. Je l’ai déjà fait une bonne dizaine de fois pour le patron, depuis trois ou quatre ans. Parce que dans ces cas-là, je suis convié à... [Lire la suite]
27 octobre 2015

terrassé en automne

Quand on est assis en terrasse, comme moi, là, maintenant, pour prendre un café, si le lieu est fréquenté, bien dans le passage, il en devient quasiment inépuisable d’intérêt. C’est un de mes bonheurs, quand je ne lis pas un bouquin, à la même place, que de prendre le temps d’observer les autres, ceux qui marchent, ceux qui déambulent, ceux qui sont mes collègues assis autour de moi devant qui une bière, qui un thé, qui un soda, qui un café ou qui un quart Perrier. Les deux, là, par exemple, à ma droite, à ma juste droite. Elle et... [Lire la suite]