25 novembre 2014

contrebande de cakes

Il y a des fois où je me dis que j’ai de la chance de vivre à cette époque où personne ne respecte plus rien, où l’incivilité est devenue la règle et où chacun ne vit que pour sa gueule. Car si j’avais vécu au temps de l’occupation, déjà, on peut dire que je n’aurais jamais eu le temps d’écrire un billet par jour dans ce blog vu que, les blogs, ça n’existait pas, d’une part et que j’aurais été bien trop occupé, d’autre part. Quant à savoir si j’aurais eu le cran de faire partie des résistants, la question est bonne mais je n’ai aucune... [Lire la suite]