20 avril 2019

mes vieux dans ton regard

À force d’avoir dormi cent ans dans mon beau château, une fois que le prince est venu me réveiller pour me faire renaître au monde, j’ai réalisé que j’avais pris un coup de vieux. Un sacré coup de vieux. Des creux ici et là, dans mon visage que j’avais tant de peine à reconnaître (j’ai toujours du mal quand je me lève, tant que je n’ai pas bu un café, comme on dit, je ne suis bon à rien – ce n’est pas vrai mais j’aime bien l’idée de le dire quand même) et des rides, dans le cou, des cernes autour des yeux : « Mes yeux,... [Lire la suite]

03 février 2019

deux verbes en creux

J’écoute je me tais Je me tais pour écouter, (pour mieux écouter), Je me tais parce que j’écoute Si je ne me tais pas je n’écoute plus   (Taisez-vous ! Taisez-vous et écoutez ! Écoutez-le se taire Il se tait il se taira ! vous l’écouterez !)   Si j’étais celui qui écoute seulement pour écouter si j’étais celui qui se tait simplement pour se taire vous ne cesseriez d’écouter vous auriez peur que je me taise   Mais je ne me tais pas non je ne me tais pas encore. Je ne pourrai jamais... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 février 2017

dans la tourmente (stormy weather)

Non, il n’y a pas que François Fillon et sa Pénélope de femme qui sont dans la tourmente. Il n’y a pas que la famille Le Pen, non plus. Il y a moi, aussi, qui suis en train d’essuyer les foudres divines sous forme d’une tempête qu’on appelle Marcel. Marcel ! Tu parles d’un nom pour une tempête alors que ça fait plus penser à un débardeur de fort des halles. Marcel, Marcel n’est pas ce qu’on appelle un intellectuel, comme le chantait Boby Lapointe. Tout ça, c’est du vent. Il n’y a rien, c’est creux dehors et c’est vide dedans. Ou... [Lire la suite]