30 mars 2018

pour pas un radis ?

Bon, les poireaux, c’est fait : rinçage, essorage, épluchage, éminçage et égouttage. Là, ils viennent de se payer une bonne tranche de beurre dans une sauteuse (ça n’a rien de sexuel) et ensuite, j’y ai plongé des diots de Savoie (une variété de saucisses d’origine savoyarde – toujours rien de sexuel, je vous le jure) jusqu’à ce que ça crépite un peu. Alors là, j’ai saupoudré de faine et j’ai mouillé de vin blanc (non, non, toujours pas), j’ai remué et maintenant, je dois attendre une bonne grosse trentaine (ou une petite... [Lire la suite]

25 octobre 2017

pas ce soir, j'ai la migaine

Non, vous n’avez pas la berlue, je n’ai pas mis de « r » à migaine. C’est tout à fait volontaire. Parce que j’avais ça sous le coude depuis un certain temps, maintenant et je voulais en parler. Parler de cette migaine que de nombreuses personnes méconnaissent (la majorité des gens, je crois, même) et je pense que de temps en temps, il est bon d’apprendre des choses aux autres. C’est un peu pour ça qu’on est doués de réflexion, de mémoire, de parole et tout ce genre de choses. Que n’ont pas les fourmis. Je veux dire,... [Lire la suite]
28 janvier 2017

ça a failli ne pas se faire

Je viens écrire quelques lignes rapides pendant que les moules finissent de cuire, sans leurs coquilles, avec les morceaux de chorizo et quelques giclées de crème fraîche (j’aurais dû en prendre de l’épaisse, je n’ai pas fait attention, ma sauce va être sans doute trop liquide, tant pis) et avant de débarrasser le lave-vaisselle et encore avant de partir pour l’inauguration de l’association Les Halles de Bourbon, créée par un habitant de la résidence. Ça a pour but de peser dans l’avenir de ce vieux préau à moitié démoli, en bas de... [Lire la suite]
03 août 2016

des noms à dormir sous l'eau

C’est vrai que s’appeler monsieur ou madame Têtevide, Courtecuisse ou Sèchepine, ça ne doit pas être facile tous les jours. Et c’est pire quand on est une femme et qu’on épouse un monsieur avec un patronyme de ce genre car accepter de le porter, c’est presque de l’inconscience. Ou de l’amour absolu mais l’amour intégral a-t-il des limites ? Idem pour les Chaudoreille, les Trompesauce et autres Sallé-du-Chou. Sans oublier les Lapisse, Lacrotte et Pécourt-Lecul-Joly. Non, je n’invente rien, oui, tous ces noms existent. Il suffit de... [Lire la suite]
14 décembre 2013

question de particules

« Il n’y en aura plus avant mai. Peut-être avant, mais pas beaucoup avant. » Ah bon, me suis-je étonné. Mais pourquoi donc ? Comment se fait-ce ? Qu’a-t-il donc eu ? Devant mon regard étonné, alors que je lui téléphonais, il m’a expliqué qu’elles étaient moins pleines, en ce moment, qu’il faisait trop froid et que du coup, la qualité s’en faisait évidemment ressentir et que le jeu n’en valait plus la chandelle. Bon d’accord, moi, je veux bien mais j’en avais envie, justement. Un petit plaisir en passant. Et... [Lire la suite]