22 octobre 2018

la cuisine dominicale

D’aucuns vont à la messe, le dimanche. Pas moi. D’ailleurs, je pense que je suis même loin d’y retourner un jour. Que ce soit un dimanche ou un autre jour de la semaine. Déjà, même pour mes propres funérailles, il n’y aura pas de cérémonie religieuse. Juste un barbecue et je me suis porté volontaire pour jouer le rôle du mouton qui finira en méchoui. Et surtout, surtout pas de curé, pas de fleurs ni de couronnes. Pas de messe. Pas de prière. Pas de salut pour mon âme vu que je n’en ai pas. C’est ce que je viens d’expliquer à deux... [Lire la suite]

16 février 2018

bon, alors, c’est oui ou c’est non ?

Bon, alors, c’est oui ou c’est non ? Il va pleuvoir ou ça va rester plutôt sec ? C’est fromage ou dessert ? Tu veux ou tu veux pas ? Si tu veux, tant mieux, si tu veux pas, tant pis. C’est vrai, ça. Ce matin, c’était humide de chez humide. Même sans pleuvoir, on sentait l’aqueux partout et j’étais à deux doigts de remonter chercher une buée de sauvetage pour être sûr de ne pas me noyer dans toute cette moiteur mi froide, mi chaud. Et justement, j’ai décidé que ça ne me ferait ni chaud, ni froid et je suis resté... [Lire la suite]
03 février 2018

les 2 huit

Il y en a qui font les 3 huit, moi, aujourd’hui, je ne ferai que les 2 huit. Pas plus. Voire les 2 huit et demi mais là, c’est sûr et certain, juré, craché, je n’en ferai pas plus. C’est mon dernier mot. Pas besoin de faire appel à un ami, ni de demander le 50/50 et encore moins l’avis du public, à 19h30 au plus tard, j’aurai terminé mes deux journées en une. Et je n’y serai plus pour personne. Il n’y aura plus d’abonné au numéro que vous appellerez. Si on me demande, vous direz que je ne suis plus là. Que vous ne savez pas où je... [Lire la suite]
26 juillet 2017

au pays de Candy

Je me sens bien, là, je me sens super bien. Je me sens bien comme jamais. Je me sens détendu, calme, reposé… Je me sens loin de tout ce qui m’ennuie habituellement. Je n’ai aucune raison de courir partout. De courir dans tous les sens. Je n’ai aucune raison de m’énerver. De m’angoisser. De subir les assauts de mon stress quotidien. Ici, l’air est doux, ni trop chaud, ni froid. Tiède. Caressant. Il fait bon vivre dans cet endroit que je me suis choisi, pour ma séance d’hypnose. On m’a dit : projetez-vous là où vous aimeriez être.... [Lire la suite]
16 novembre 2016

à perdre haleine

Je commence à être un peu essoufflé. Ça fait un moment que je cours. Un moment que je ne sais pas estimer. Je vais regarder l’heure à ma montre mais ça ne sert pas à grand-chose puisque je n’ai pas regardé l’heure à laquelle j’ai commencé à courir. C’est idiot mais dans la panique, on ne pense pas à tout. Je commence à être essoufflé parce que courir comme ça, à mon âge, ça n’est pas très raisonnable mais quand on a besoin de fuir, le plus vite possible, il n’y a plus de raison qui tienne, c’est juste l’instinct de survie. Il ne faut... [Lire la suite]
20 septembre 2016

ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui

Ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui. D’abord, ma journée a mal, a très mal commencé. J’avais programmé mon réveil à 3 heures pour ma reprise et je me suis réveillé deux fois avant l’heure et même si avant l’heure, ce n’est pas l’heure, tant pis, au deuxième coup, je me suis levé en me disant que de toute façon, au point (de croix) où j’en étais, c’était ce que j’avais de mieux à faire. Et comme ça, j’aurais moins besoin de courir si tant est que j’avais dans l’idée de faire un cent mètres haies à peine le... [Lire la suite]

28 décembre 2015

la course sans échalote

On a beau faire, on a beau dire, on ne peut pas changer son moi profond. J’en veux pour preuve que moi, aujourd’hui, lundi d’entre les deux fêtes, depuis ce matin, je cours, je cours, je cours. Au lieu de prendre un peu mon temps, vu mon âge pas encore très avancé mais pas du tout en retard pour autant. Parce que franchement, pourquoi me presser comme ça depuis ce matin ? Pourquoi m’être levé à 6h au lieu de tenir jusqu’à au moins 7h ? Pourquoi avoir voulu faire l’ouverture d’Auchan dès 8h30 ? Pourquoi ne pas me poser... [Lire la suite]
27 septembre 2015

le marché indien

On dit de l’automne qu’il peut être un été indien, vous savez, l’été indien, c’est qu’on ira où tu voudras, quand tu voudras et l’on s’aimera encore lorsque l’amour sera mort et chabada bada et chabada bada… mais dans ce cas, quand l’automne est ensoleillé (même frais comme en ce moment), on peut dire que nous sommes dans un début d’été indien et qu’on ira où tu voudras quand tu voudras et que toute la vie sera pareille à ce matin, aux couleurs de l’été… et si nous sommes dans cette configuration, je me demande si ce matin, en allant... [Lire la suite]
18 novembre 2014

je dix quatre heures vingt

Je suis un véritable névrosé de la ponctualité et un névropathe incurable (et incorrigible) de l’horaire. Et je pense que de tous les psys du monde, aucun ne sera jamais capable de remettre les pendules à l’heure, en ce qui me concerne. Déjà parce que je suis un mec speedé en permanence (d’où le besoin qu’on respecte le fait que j’aille plusieurs fois au cinéma par semaine car là, au moins, je suis assis, je ne cours pas), une vraie cocotte-minute en version petit mâle vieillissant, toujours sous pression, toujours avec la soupape... [Lire la suite]
02 novembre 2014

de grue, d'héron, à petits pas, tapons

Finalement, ce mal au talon gauche, cette aponévrose, cette intrusion dans une des choses les plus intimes de mon corps, un endroit que, si je ne me trompe pas, assez peu de gens auront vu de moi. C’est vrai, ça, on n’a pas que la partie génitale, qui est très souvent cachée. Les pieds, aussi, sauf en vacances au bord de la mer et sauf quand on est dans les vestiaires d’une salle de sports. Quoiqu’il en soit, ce talon qui est devenu un énième point faible me rappelle à l’ordre. Normalement, ce sont plutôt les coureurs à pieds qui sont... [Lire la suite]