11 mai 2018

plein de petits David contre un gros Goliath

Je crois que n’était vraiment pas une bonne idée d’organiser un rassemblement avec autant d’espèces qui ne vont pas du tout ensemble. Mais bon, comme on s’ennuyait, au boulot, cette nuit, bien trop calme par rapport à d’habitude, mes collègues de la plate-forme sont venus dans mon bureau et on a discuté et c’était à qui de se plaindre de ceci, à qui de critiquer cela, à qui de déblatérer sur ceux qui n’était pas là et ainsi de suite et ainsi soit-il et amen. Alors moi, à un moment, en déconnant, je leur ai dit : « vous... [Lire la suite]

28 mars 2018

71.8 kilos

C’est le poids que je pèse, à quelques centaines de grammes près. Ça dépend du moment de la journée, de mon niveau d’énervement, de mes endormissements et donc de mes relâchements et de tout un tas de paramètres plus ou moins indépendants de ma volonté. Qu’y puis-je ? Rien. Pourquoi diable est-ce que je raconte tout ça ? Pourquoi diantre suis-je en train de donner mon poids comme ça, sans pudeur, à toutes celles et à tous ceux, pas nombreux, je l’admets, qui me lisent ? Parce qu’il me semble bien que ça n’engage à rien.... [Lire la suite]
31 décembre 2016

à l'année prochaine, si tout va bien

À l’année prochaine, si tout va bien, que j’ai pensé très fort en quittant le bureau, ce matin, à 9h45. Je n’ai fait que le penser très fort car vu qu’il n’y avait qu’un seul mec, autre que moi, de présent, je n’avais pas à faire le tour de tout le monde pour dire au revoir, passez un bon week-end, à mardi et tout ce genre de choses habituelles. Non, il n’y avait qu’un commercial d’astreinte, on se demande pourquoi il est venu tant on savait à l’avance que cette nuit du 30 décembre ne serait pas à marquer dans les annales du business.... [Lire la suite]
10 août 2015

le mareyeur monstrueux

Des fois je me dis que c’est une chance qu’on ne devient pas ce qu’on fait. C’est vrai ça, vous vous rendez compte, moi qui travaille chez un mareyeur, dans les bureaux, certes, mais chez un mareyeur quand même. Vous imaginez si je faisais du mimétisme avec les produits que nous avons en stock ? Parce que moi, le stock, je vais facilement le voir au moins une fois par jour, le matin, quand je dois vérifier deux ou trois choses. Je ne touche pas au poisson ni aux coquillages et encore moins aux crustacés mais quand je dois... [Lire la suite]
08 septembre 2014

sensations en différé

Je continue d’écrire et de programmer les publications de mes billets aussi, je ne sais plus très bien si, quand j’écris et que je parle d’hier ou de demain, s’il ne s’agit pas d’avant-hier (voire avant avant-hier) ou du surlendemain qui pourrait être devenu un hier. Donc, moi, au milieu de tout ça, je suis un peu décalé, en différé ou carrément trop en avance. Un avant-gardiste rétrograde, en quelque sorte. Il faut bien que je fasse avec car je n’ai pas la concentration nécessaire pour faire comme les animateurs de jeux télévisés qui... [Lire la suite]
07 septembre 2014

faits divers sablais

C’est étrange comme un faits divers passé juste en face de chez Renée (en a-t-on parlé dans les medias nationaux ?) peut me sembler lointain et ne pas m’affecter du tout alors que justement, a contrario, quand c’est raconté au journal télévisé, je suis assez friand de cela. Ça fait donc partie des paradoxes de la vie. En tout cas, même si au fond de moi, j’aimerais en savoir plus sur ce qui s’est passé, comme je suis en vacances, quelques part, je m’en fous un peu, beaucoup, passionnément. Ça a commencé quand nous avons... [Lire la suite]

03 septembre 2014

variations autour d'une petite fille blonde (1)

Comme j’écris des billets à l’avance et que je les programme pour qu’ils soient publiés sans que j’aie à m’en soucier, j’ai forcément un peu de décalage entre les faits et leur récit. Je voudrais revenir sur lundi matin, quand je suis allé aux coquillages. Je suis parti la fleur au fusil (pour la chasse aux grains de café) en traversant la zone de rochers entre le vieux phare tronqué et le début du quartier des Présidents, là où la plage n’a plus de sable et où il est interdit de se baigner. J’étais en bermuda et débardeur, avec juste... [Lire la suite]
01 septembre 2014

pas seul sur le sable

Mon programme d’hier après-midi fut des plus simples. J’ai commencé par descendre à la plage (dix mètres de l’appartement) un peu avant quatorze heures car le temps me semblait plutôt bien pour ça malgré le fait que c’était un peu tôt. Il faut dire qu’il y avait du vent et donc, on ne sentait pas la chaleur. J’en suis remonté quatre après et je peux vous dire que j’avais chaud un peu partout malgré la crème dont je m’étais tartiné. Mais je n’ai pas fait que rester allongé pendant quatre heures, non, parfois, j’étais assis. Et pendant... [Lire la suite]
14 septembre 2013

faire les comptes

Ça y est, le séjour se termine et si, au moment de la publication de ce billet, tout le monde dort encore, moi compris, j’ai déjà quitté les Sables depuis hier après-midi et là, nous sommes à Saint-Maixent, le président (et l’ambassadeur), les Lyonnais et moi. Nous avons passé la nuit chez mes parents avant de reprendre la route pour le retour sur Bordeaux. Tranquillement. Chaque bonne chose ayant une fin, il faut croire que celle-ci était plus qu’une bonne chose car la fin se fait largement sentir. Sans forcément une petite boule qui... [Lire la suite]
06 septembre 2013

un grain de sable dans le sable

J’étais tranquillement et presque sereinement accroupi en train de chercher des grains de café, les yeux en mode radar, l’esprit en éveil maximum et j’en trouvais, j’en trouvais, j’en trouvais. Ce fut une riche et pleine récolte. Soixante-quinze en une heure et demie, environ. Sans les compter pendant parce que je m’étais trompé, troublé que j’étais par des pensées encore un peu tristes mais bien décomptés après, une fois rentré chez moi. Et j’étais là, j’en ramassais presque à pleine main. Ça me faisait un bien fou. Et j’ai alors eu... [Lire la suite]