30 mai 2017

Mad Max et Juliette

Cette nuit, je me suis réveillé plein de fois, sans doute parce que j’avais peur de me rater l’heure de réveil, programmée à 3h pétantes. Un peu aussi parce que j’étais un peu excité par le début de la cérémonie des Molière, hier soir. Pas mal parce que ça m’a frustré d’être obligé d’éteindre vers 23h30 pour tenter de m’endormir. Et parce que j’ai eu trop chaud malgré les 10 degrés perdus en 24 heures. Il était donc écrit que cette dernière nuit avant ma reprise ne serait pas à marquer d’une pierre blanche. Pan dans ma gueule, en... [Lire la suite]

15 décembre 2016

le roi n'est pas mon cousin

Le roi n’est pas mon cousin et pour cause, puisque le roi, c’est moi ! Je suis le roi de la galette à la frangipane. Non pas que je sache spécialement bien la faire, je n’ai même essayé qu’une seule fois, dans toute ma vie et dans toute ma carrière de mec qui sait un peu faire la cuisine mais je suis quand même le champion du monde de la frangipane. C’est-à-dire, alors que je ne suis pas vraiment un bec sucré, je suis capable d’en manger des dizaines pendant le mois de janvier. Et pas seulement en les partageant, ces galettes,... [Lire la suite]
20 septembre 2016

ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui

Ah non, hein ! Je ne suis vraiment pas d’humeur, aujourd’hui. D’abord, ma journée a mal, a très mal commencé. J’avais programmé mon réveil à 3 heures pour ma reprise et je me suis réveillé deux fois avant l’heure et même si avant l’heure, ce n’est pas l’heure, tant pis, au deuxième coup, je me suis levé en me disant que de toute façon, au point (de croix) où j’en étais, c’était ce que j’avais de mieux à faire. Et comme ça, j’aurais moins besoin de courir si tant est que j’avais dans l’idée de faire un cent mètres haies à peine le... [Lire la suite]
19 mars 2016

dont dix

Onze ans dans cette entreprise étrange et pénétrante, comme les odeurs qu’elle dégage. Oui, parce que quand on bosse chez un mareyeur, même dans les bureaux, on sent le poisson. Mais pas que. On sent le poisson mort. Et ça, il y a des matins où c’est plus difficile que d’autres. Mais contre mauvaise fortune, bon cœur, on s’accroche et on n’oublie pas de mettre une fleur à son fusil sinon, ce sont ses jambes à son cou qu’on risque de prendre. Et voilà, j’y vais chaque matin, du mardi au samedi, jours fériés compris, sauf quand c’est le... [Lire la suite]