27 septembre 2018

comment faire entrer quatre saisons dans trois parts ?

Il y a quatre saisons et ce n’est malheureusement pas divisible par trois. À quoi ça me servirait ? À rien. C’est juste que je préfère les chiffres et les nombres impairs alors quatre saisons, comment voulez-vous que ça me satisfasse ? Je suis un éternel frustré dès qu’on tombe sur un résultat pair. Autant vous dire que même le fait d’être en couple ne me comble pas puisque l’idéal, pour moi, eût été que je sois seul ou que nous puissions être trois. On ne se refait pas et on ne refait pas ceux qui nous entourent non plus,... [Lire la suite]

20 novembre 2016

anonymement

Suite à la publication de mon billet d’hier, d’aucuns m’ont demandé (pas directement, c’est dommage) pourquoi j’ai surnommé Bernard, Bernard Kayak  et pas Bernard Martin ou Bernard Dupont ou Bernard Autrechose. Alors, que les choses soient claires, si tant est qu’il faille encore les expliquer : sans son assentiment, je ne pouvais décemment pas citer le vrai nom de ce copain sans prendre le risque que des gens qui liraient ce blog et qui le connaîtraient lui en feraient part et donc, il pourrait en être un peu marri. Parce... [Lire la suite]
27 avril 2016

poser un jour de travail

On ne sait pas trop de quel pays elle vient, Ann Beyron, mais une chose est certaine, elle semble plutôt bien dans sa peau. Il faut dire qu’elle passe plus de la moitié de sa vie à ne rien faire d’autre que voyager autour du monde, prendre du bon temps dans les salles de sport, se détendre des journées entières sur une plage, se faire des cinémas, aller au restaurant avec ses copines et faire du shopping, ensuite et elle a une femme de ménage qui lui évite toutes les corvées quotidiennes. Elle doit avoir un secret, peut-être ne... [Lire la suite]
24 juillet 2015

que le meilleur gagne !

Aujourd’hui, c’est jour d’entretien. Oh, que personne ne s’affole ou ne s’esbaudisse pour si peu, il n’y en aura qu’un. Un seul entretien suite à l’annonce que j’ai publiée pour un homme ou une femme de ménage. J’ai pourtant eu une bonne dizaine de réponses mais au bout du compte, il n’en reste pas beaucoup. Pour ne pas dire qu’il n’en reste qu’un. Et s’il n’en reste qu’un, je ne serai pas celui-là. Pour une fois. Mais peut-être celui qui va venir dans un quart d’heure. Car, étonnamment, c’est un mec qui vient. Enfin non, non pas que... [Lire la suite]