30 juin 2020

mon premier (vrai) haïku

Ce week-end, j’ai composé mon premier vrai haïku. Depuis le temps que j’en avais envie, je m’y suis enfin mis et si le résultat n’est pas tout à fait à la hauteur de mes souhaits et de mes exigences, je dois reconnaître que ça aurait pu être bien pire. Le problème, ce sont les contraintes et même si j’aime ça (je suis un masochiste de la langue française), ça reste très difficile quand on veut respecter les règles de base. Composer un haïku, c’est déjà n’écrire que trois vers de respectivement 5, 7 et 5 syllabes, 17 en tout. Pas une... [Lire la suite]

22 mai 2020

masque obligatoire

J’ai longuement hésité mais je pense que ça va m’être impossible de passer outre cette décision qui me coûte mais contre mauvaise fortune, je vais, nous allons tous faire  bon cœur et oublier certaines contraintes car la sécurité de tous prévaut sur le confort et le bien-être de l’instant. Donc, dorénavant (et surtout dorénaprès), il va falloir respecter certaines règles de bonne conduite pour tous les lecteurs et trices de ce blog. Il est hors de question que celui-ci passe outre les mesures de protection sanitaire qui sont... [Lire la suite]
20 juillet 2019

pas avant trois jours encore

Il ne faut pas se leurrer, le texte qu’on attend de moi ne sera pas pondu avant trois jours, encore. Ce n’est qu’une estimation, si ça se trouve, il sera prêt à être publié dans deux jours (ou dans quatre) mais je voudrais juste rappeler que je ne suis pas une machine, que derrière mes mots, il y a un cœur qui bat, qui transpire ( ?), qui s’essouffle, parfois et qui… Non, ça va comme ça. Je voudrais juste mettre les choses au point sur les i, je ne suis pas une machine à écrire, donc. Non, c’est ma pensée, pas toujours canalisée... [Lire la suite]
11 juin 2017

pas tous les matins, en me rasant

Non, je n’y pense pas tous les matins, en me rasant car je ne me rase pas tous les jours et encore moins le matin. Au mieux, c’est après le boulot, vers midi, quand je suis rentré chez moi et quand c’est le week-end, c’est quand ça me prend. Et en plus, je me rase deux ou trois fois par semaine, pas plus. Parce que zut, je n’ai pas que ça à faire. Se raser ? On en rêve quand on est adolescent et que ça ne pousse pas assez vite car on est obsédé à l’idée de devenir un homme, un mec. Mais avec le temps, on y trouve plus de... [Lire la suite]