01 avril 2021

les moucherons aimeraient le poireau, finalement

Le printemps est officiellement là depuis une dizaine de jours, mais ça ne fait que deux ou trois jours où on a l’impression de tutoyer l’été. J’en veux pour preuve le retour des moucherons et des mouches. Pour ma part, avant-hier, deux et hier, un, ça me met en première place avec trois splatch à zéro. Et une mouche écrasée. Donc, quatre insectes à mon compteur. J’aime bien l’idée d’être en tête. Comme toutes les idées, en général. Et si j’ai conscience que le retour des beaux jours, c’est une bonne chose pour le moral (et pour... [Lire la suite]

25 février 2021

a-t-on conscience du temps qui passe quand il passe ?

C’est une autre question que je me pose souvent : ai-je conscience du temps qui passe quand il passe ? A-t-on généralement conscience du temps qui passe, tout autant que nous sommes ? Parce que bien souvent, il me semble bien qu’on ne s’en rend compte qu’il fois qu’il est passé, le temps et alors là, c’est souvent trop tard. Comme on le dit toujours : avant l’heure, ce n’est pas l’heure et après l’heure, ce n’est plus l’heure et ce qui est fait, n’est plus à faire et chacun chez soi et les moutons seront bien... [Lire la suite]
21 février 2021

maniaque et dépressif ?

Stéphane, ça faisait quand même 40 ans que nous ne nous étions pas vus et j’avoue que si j’ai eu du mal à te comprendre, quand nous nous sommes retrouvés, là, maintenant, je commence à mieux te cerner. Et même à te connaître. Et tu sais, ce n’est pas parce que je suis prof de sports rectangulaire (c’est moi qui suis rectangulaire, pas les sports, hein, on est d’accord, hein ?) que je peux passer à côté de tout. Et à côté de toi. Et tu vois, là, je trouve que tu n’es pas comme d’habitude. Tu sembles plus fatigué et même un peu... [Lire la suite]
29 septembre 2019

il n’y a pas cinquante solutions

Il n’y a pas autant de solutions que de nuances de gris. Ouais, je sais, de nuances de Grey. Mais j’ai choisi de parler 100% français, ce matin. Absolutely french in the text. En français dans le texte, pour ceux qui n’auraient pas compris. Je disais donc qu’il n’y avait pas cinquante solutions. Au mieux, il y en a plus d’une et moins de trois. En gros, il n’en reste que deux. Environ. À peu près, si vous préférez. Parce que soit j’écris ce billet en me disant que j’aurais l’esprit et ma conscience tranquilles pour ne pas dire... [Lire la suite]
28 août 2019

bientôt 60 !

Je vais avoir 60 ans prochainement, c’est-à-dire bientôt, apparemment, si je ne me trompe pas. Et la grande question que je me pose, en ce moment, tous les jours ou presque et même aussi parfois la nuit, c’est celle-ci : pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi moi, j’aurais 60 ans alors que je suis sûr que je ne les fais pas, comme tout un chacun ? On a tous une bonne raison de croire qu’on fait plus jeune que son âge. Surtout les autres et surtout quand ce n’est pas vrai et je suis objectif, quand j’écris ça, car j’ai... [Lire la suite]
15 août 2019

un lot de (parenthèses) en solde

Vous avez dû remarquer que depuis quelques temps, j’utilise beaucoup de (parenthèses) dans mes billets. C’est normal, je n’en étais pas si coutumier que ça, juste le minimum syndical mais là, j’ai bien conscience que j’ai dû étonner une énorme partie de mon lectorat (!!!) Il y a une bonne raison à cela : j’ai dégotté un lot de (parenthèse) d’occasion mais comme neuves que j’ai acheté sans même en négocier le prix car c’était déjà très intéressant. Surtout qu’il y avait un reçu qu’avait conservé leur (propriétaire) d’origine. Et... [Lire la suite]

23 juillet 2019

en pleine université d’été

Après m’avoir reproché de ne faire les choses qu’à moitié, j’ai mis les bouchées doubles parce que je sais reconnaître quand j’ai tort, quand j’ai fauté ou quand j’ai pu être un peu fumiste, comme me l’avait reproché ma prof de maths, dès le début de l’année scolaire, de ma cinquième, au siècle dernier, à l’époque où les crayons de couleurs étaient encore en noir et blanc. À une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas comprendre ni connaître. Une époque où les enfants, même au collège et voire au lycée, ne répondaient pas à... [Lire la suite]
03 juillet 2019

je n’ai pas eu la place de dire pourquoi, hier

Hier, j’ai beaucoup évoqué ma lâcheté d’avant-hier en me prenant au jeu de l’écriture, en voulant faire des effets de style, en voulant montrer que j’en avais dans la culotte, j’ai voulu faire mon petit mâle histoire de bien noyer le poisson (pour ça également, je suis fort – même si j’ai travaillé pendant quatorze ans et une semaine chez un mareyeur, le spécialiste des poissons morts, je reste un champion du poisson noyé) mais j’ai bien conscience que j’ai laissé tous mes fans sur leur faim. Parce que tout le monde a dû se demander... [Lire la suite]
24 juin 2019

retour à la normale

Mesdames et messieurs, nous venons de traverser quelques perturbations indépendantes de notre volonté et nous vous annonçons un retour progressif à la normale. Nous vous remercions de votre compréhension et espérons vous revoir bientôt dans ce blog. C’est un peu con comme entrée en matière mais que voulez-vous, je viens de vivre cinq jours de folie avec du monde chez moi, une réception hier (toujours chez moi) et là, je n’apprête à partir à passer la journée à Biscarrosse, aller et retour dans la journée, afin de me permettre entre... [Lire la suite]
25 avril 2019

y a des fois

Y a des fois, on a conscience qu’on ne doit pas dire qu’y a des fois. On devrait dire parfois mais y a des fois, ce n’est pas très joli, joli pour quelqu’un qui aime la langue française. Je ne cite personne. Je dis juste ça comme ça. Mais y a des fois où ça peut-être écrit volontairement, un peu comme une figure de style, un peu populaire, assez outrancière pour peu qu’on la répète. Y a des fois, quand on se lève, on se demande pourquoi on se lève, surtout si on n’a pas besoin d’aller travailler car après tout, qui s’en rendrait... [Lire la suite]