05 septembre 2017

le gentil dictateur poli

Maintenant, si je devais retourner à l’école, au moment de remplir la fiche de renseignements demandée par les professeurs, déjà, je pourrai indiquer que mes parents n’ont plus de profession et je saurais très précisément et pertinemment ce que je voudrais faire plus tard. Pourquoi plus tard ? Pourquoi attendre ? Parce que je suis bien élevé, c’est tout. Et comme mes parents peuvent encore avoir un droit de regard sur mes faits et gestes, je préfère ne pas les mettre en colère. Nous avons des relations tout à fait normales,... [Lire la suite]

02 juin 2017

multitâches

Oui, on peut le dire, je suis multitâches et pas seulement quand je cuisine et que j’en mets partout sur le plan de travail ou sur la plaque de cuisson voire encore sur mon tee-shirt ou sur un torchon, non, je suis tout simplement et tout merveilleusement (en toute humilité) multitâches ou multifonctions, si vous préférez. C’est sans doute mon côté féminin qui prend le dessus quand je peux faire deux ou trois choses à la fois, ce que je fais très régulièrement. Et quand je parle de faire deux ou trois choses à la fois, je veux dire... [Lire la suite]
22 mai 2017

d'un ane à une anie

Bon, une page est tournée. Une page qui clôt un chapitre de ma vie. Un épisode d’un an et demi. L’histoire d’un coup de coup de cœur. D’un coup de foudre. D’une fulgurance. Ce matin, je lui ai dit adieu. Je lui ai jeté un ultime regard histoire de bien la voir une dernière fois. Avec un pincement au cœur. Avec une légère boule dans la gorge. Il n’aurait pas fallu me demander comment ça allait, à ce moment très précis, sinon, je ne peux pas jurer que je n’aurais pas eu un ou deux sanglots dans la voix. Le kiki serré. Peut-être aussi... [Lire la suite]
27 juillet 2016

pudding aux abricots

Hier, je me suis allongé sur un fauteuil relax (dans un fauteuil relax ?) le temps de faire une sieste de largement plus d’une heure et quand j’ai pris ma douche, avant d’aller dormir, j’ai vu que j’avais pris un énorme coup de soleil sur les cuisses, entre les genoux et là où s’arrêtait mon short. Une ligne de démarcation vanille-framboise des plus droites. Ce n’est pas gravissime vu que je n’ai pas eu mal. Disons que j’ai les cuisses rouges, c’est signe que je suis en bonne santé, non ? On va dire que oui mais rapidement,... [Lire la suite]