20 novembre 2016

anonymement

Suite à la publication de mon billet d’hier, d’aucuns m’ont demandé (pas directement, c’est dommage) pourquoi j’ai surnommé Bernard, Bernard Kayak  et pas Bernard Martin ou Bernard Dupont ou Bernard Autrechose. Alors, que les choses soient claires, si tant est qu’il faille encore les expliquer : sans son assentiment, je ne pouvais décemment pas citer le vrai nom de ce copain sans prendre le risque que des gens qui liraient ce blog et qui le connaîtraient lui en feraient part et donc, il pourrait en être un peu marri. Parce... [Lire la suite]

29 août 2016

dis, quand reviendras-tu, dis, au moins le sais-tu ?

Si encore on avait les clés de son nouvel appartement, on pourrait aller voir si on trouve des indices. Mais tu le connais, Stéphane, quand il s’agit de donner son trousseau, il a toujours une bonne raison de ne pas le faire. Même à sa femme de ménage. Quand on n’a pas confiance, qu’est-ce que tu veux que je te dise ?... En même temps, qu’est-ce qu’on aurait vu ? À moins qu’il ne se soit fait agresser chez lui et qu’il soit en train d’agoniser, moi, je préfère ne pas voir ça si c’est le cas. Oui, mais on aurait pu voir... [Lire la suite]
04 juin 2016

les Bleus ne seraient donc pas représentatifs ?

En ce moment, avec toutes ces grèves, toutes ces inondations catastrophiques et toutes ces petites histoires politiciennes, on en aurait presque oublié le fait que l’Euro de foot commence la semaine prochaine, dans notre pays, en plein état d’urgence, les pieds dans l’eau et sans train pour transporter les voyageurs. Moi, c’est simple, je dis bravo de chez bravo. Mais c’est sans compter sur un épi-événement qui vient de se produire, sans doute bien trop important dans la tête des medias et des gens qui en sont à l’origine. Je dis... [Lire la suite]
02 mars 2016

vivement dans cinq ans

Oh oui, alors, vivement dans cinq ans. Parce que dans cinq ans, on aura peut-être des têtes nouvelles à voir. Et des choses nouvelles à entendre. Ah oui, vivement dans cinq ans. Dans cinq ans, nous serons le 2 mars 2021. Et nous serons à un peu plus d’un an des présidentielles de 2022. Et nous entendrons déjà beaucoup parler des primaires à droite comme à gauche. Et peut-être verrons-nous émerger des hommes et des femmes politiques qui apporteront un peu de sang neuf, qui débattront avec des vraies propositions, qui défendront des... [Lire la suite]
10 février 2015

Pierre, Charlie et les autres dont de la gym

Quand j’étais plus jeune, Charlie aurait été un surnom qui m’aurait plus pour moi mais qui en aurait eu l’idée vu que ceux dont on m’a affublé, c’étaient Stephano, Steph et Fafane. Si encore je m’étais appelé Charles… mais en tout cas, Charlie, c’était le surnom idéal pour moi. Ou presque. Je ne sais pas, quelque chose d’exotique tout en restant proche de la France. Un peu anglais. Un peu british, quoi. Et ça faisait mec. Pour moi qui me sentais à l’image de ce que j’étais : un gringalet, ça aurait pu me donner confiance en... [Lire la suite]
04 septembre 2014

variations autour d'une petite fille blonde (2)

Elle aurait pu me donner les deux ou trois qu’elle avait trouvés pendant que moi, l’air de rien, comme j’étais sur un bon « gisement », je devais déjà en être à une dizaine. Mais comment faire pour lui faire me les donner ? En ajouter des tonnes à propos du fait que je lui avais dit que c’était pour mon neveu ? « Tu sais, mon fils, il est gravement malade et il ne peut plus venir à la mer, il ne la reverra plus jamais car je pense qu’on ne pourra jamais le soigner, alors, pour lui, comme il aimait bien ça,... [Lire la suite]
07 janvier 2014

ma moins bonne amie

Oh, ça fait bien 40 ans que nous nous connaissons et c’est forcément l’habitude qui fait que nous sommes toujours en contact. S’il ne tenait qu’à moi, il y a belle lurette que nous ne serions plus en contact. Parce qu’il y a des fois où il vaut mieux faire confiance à sa raison qu’à son cœur surtout quand ce dernier n’y croit plus. Une mauvaise amie, c’est comme le Père Noël quand on est grand, on y croit plus. C’est comme les illusions, plus on avance dans la vie, plus on avance vers la mort, plus on est face à son destin (si tant... [Lire la suite]