01 mai 2019

voici le mois de mai où les fleurs volent au vent

Voici le mois de mai, où les fleurs volent au vent, où les fleurs volent au vent, si jolis mignonne, où les fleurs volent au vent, si mignonnement… Peut-on parler de fleurs qui volent au vent si mignonnement quand on sait que Paris va être la capitale mondiale des émeutiers, aujourd’hui ? En gros, c’est la chronique de dégâts annoncés et personne semble ne rien pouvoir y faire. Entre les gilets jaunes et casseurs réunis, les syndicats qui vont se faire déborder, les blacks blocs au courage infiniment assumé et aux ultra jaunes... [Lire la suite]

19 février 2019

Martine à la plage

Vamos a la playa, oh, oh oh oh oh… Eh bien non, Martine, tu n’iras pas à la plage aujourd’hui et tu n’es pas prête d’y aller. Tu viens de commencer ton nouveau travail aujourd’hui et avant d’avoir des congés à prendre, il va te falloir être patiente. Martine, ma remplaçante est arrivée ce matin, à cinq heures pétantes, chose promise, chose due. Je l’ai trouvée plus sympa qu’une copine de quelqu’un qui m’est cher même si elle est également mieux qu’elle mais en plus, ce n’était qu’une fausse impression vu qu’après plusieurs heures,... [Lire la suite]
30 janvier 2019

passages piétons

J’ai failli terminer mon billet d’hier en disant que j’avais rarement des réactions épidermiques contre des gens mais je me suis abstenu et j’ai bien fait. Ou alors, j’aurais dû dire que je parlais des gens en particuliers parce que, en ce qui concerne des groupes de gens, je peux avoir des détestations qui feraient baver d’envie le plus grand misanthrope du monde après Dieu (oui, parce que si Dieu n’était pas un peu misanthrope, il aurait fait l’homme un peu meilleur que ce qu’il est capable d’être) et dans ces groupes de gens que je... [Lire la suite]
02 avril 2018

des coquilles vides

Forcément, quand on a mangé des huîtres, on a des coquilles vides et je ne pense pas que ça se recycle aussi facilement que ça ou alors, je suis ignare en la matière. De toute façon, dans la résidence et même dans le quartier, il n’y a pas de conteneurs à coquilles d’huîtres. Cela dit, elles étaient particulièrement bonnes. Savoureuses, même. Et bien meilleures que celles de la veille, à la fête de famille. Où là, elles étaient fades. Probablement trop gorgées d’eau de ces dernières pluies diluviennes. Trop d’eau douce tuent la saveur... [Lire la suite]