13 décembre 2018

écrire pour ne rien dire

Essayer d’écrire quelque chose entre 1h10 et 11h ou alors, entre 11h40 et 13h. Je sens que ça va être chaud, pour le billet du jour car déjà, dans le premier créneau qui commence dans quelques petites minutes (pourquoi ne commence-t-il pas dans quelques grosses minutes ?), je sais que je vais avoir du mal à trouver une idée de départ. Et je sais aussi que même si j’avais quelques grosses minutes devant moi, j’aurais beau me retourner, hormis voir le parking de l’entreprise et la pluie qui tombe en faisant des claquettes dans... [Lire la suite]

22 février 2017

finalement, je vais tout dépenser

Finalement, après y avoir bien réfléchi, je ne vais pas faire ce que j’ai écrit hier. Je ne vais pas aller placer mes vingt centimes dans une banque luxembourgeoise. C’est trop de complications par rapport à l’investissement. D’autant que je dois d’abord passer par Freiburg-im-Breisgau, avant d’aller à Wiesbaden et que là, c’est plutôt au niveau de Colmar, donc, passer par Echternach, ça me fait faire un crochet bien trop long et certainement fatigant. Plaît-il ? Je n’ai qu’à passer par la Suisse ? Et puis quoi... [Lire la suite]
02 mai 2016

Exupère et Adalbald

Attention, ne vous fiez pas aux apparences, ce billet commence un peu comme celui de samedi dernier, le 30 avril mais ce n’est qu’une illusion d’optique. Si vous êtes un lecteur (ou trice) concentré et vigilant, ça ne vous échappera pas que la phrase suivante commence pareillement mais qu’elle se termine de façon totalement différente. Vous l’allez voir juste au paragraphe ci-dessous. Normalement. Si nous ne subissons pas une coupure publicitaire. « Chez Nanou, on mange comme chez nous ! » Ah zut, on n’y a pas échappé... [Lire la suite]
15 avril 2016

le cruciverbiste éreinté

Alors, en un horizontal, espèce d’appesantissement physique, en 10 lettres. Bien sûr, comme je débute seulement la résolution de cette grille, je n’ai aucun indice et c’est quand même vachement difficile. De toute façon, c’est comme dans le reste de la vie, c’est le premier pas qui compte même s’il n’est jamais le plus facile à faire. Bon, espèce d’appesantissement physique… en dix lettres… déjà, on sait que c’est un mot au singulier, donc, je ne vais pas mettre de S à la fin. Et en un vertical ? En 10 vertical, ramollies, en 10... [Lire la suite]
15 mars 2016

de la fuite dans les idées

À force de faire du tri, d’ouvrir des boîtes, de parcourir des carnets (nombreux) avec des notes et idem sur des cahiers ou des feuilles quadrillées, je finis par tomber sur des choses étranges, écrites de ma main et qui témoignent de deux choses : je peux être autant prolixe que versatile. Je peux être créatif, très créatif mais dans le domaine de l’écriture, il faut bien que je le reconnaisse une fois pour toutes : je ne vais pas toujours au bout des choses. Et quand je dis « toujours », c’est un bel et doux... [Lire la suite]