08 mars 2021

ah non, ne commence pas, hein !

Stéphane, je ne comprends pas tout ce que tu écris, en ce moment, tu as l’air d’être un peu partout et nulle part à la fois et on ne sait pas si les gens à qui tu t’adresses, quand tu les aimes, s’ils existent vraiment ou s’ils ne sont que de personnages inventés, j’avoue que là, je n’arrive plus à te suivre et en plus, tes histoires de pois chiches, à part que tu les comptes et que tu les épluches, je ne vois pas où tu veux en venir, tu en fais quoi quand tu as fini de les compter ? Bonjour, Jean-Michel. Ah, je ne t’ai pas dit... [Lire la suite]

29 décembre 2020

je t’attendais, hier

Je t’attendais hier, à 10h, à la station Jardin Botanique mais j’ai fini par me dire que tu ne viendrais pas, que tu ne viendrais plus car à midi, j’ai décidé de revenir chez moi, j’avais pas mal de trajet pour arriver à l’heure du déjeuner et n’éveiller aucun soupçon. Et j’ai terminé ma journée d’une façon un peu triste. J’aurais évidemment préféré me sentir plus heureux mais ça fait partie de notre histoire : t’attendre, à te guetter, à t’espérer. Et si nous continuons sur la même lancée de ne pas la commencer, cette histoire... [Lire la suite]
18 juin 2015

tout le monde est là ?

Alfred Legrand ? Présent   Bernard Madrelle ? Présent   Christophe Santreux ? Présent   Daniel Martignelle ? Présent   Émile Grassier ? Présent   François Cougnard ? Présent    Georges Daminaud ? Présent   Hubert Valdorge ? Présent   Isidore Delisle ? Présent   Jacques Quartoux ? Présent   Kévin Martin ? Présent   Laurent Machion ? Présent Marcel D’arvor ? Présent   ... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 03:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 mai 2015

jaune dedans et blanc dehors

Je crois qu’il y a deux écoles ou deux façons de faire. En tout cas, pour ceux qui mangent d’abord l’un puis, ensuite, l’autre. Parce que, ceux qui les mangent ensemble, en les coupant en tranches, par exemple, on s’en fout un peu pour ne pas dire beaucoup. Je voudrais parler des œufs durs. Parce que moi, quand il m’arrive (rarement) d’en avoir dans mon assiette, je commence toujours par le blanc et je termine toujours par le jaune. Pour la simple raison que je préfère le jaune alors, je me débarrasse d’abord de la partie que j’aime... [Lire la suite]