14 mai 2017

ma propre investiture

Est-ce parce que je suis en vacances et donc, un peu déboussolé même si nous ne sommes que dimanche et que mon propre rythme biologique n’a pas encore été bouleversé pour ce qui ne ressemble pour l’instant qu’à un week-end ordinaire ? En tout cas, je me suis levé à 3h30 en allant allumer la cuisine, en me préparant à sortir la boîte de café pour en mettre dans le filtre et j’ai regardé l’heure. Il n’était pas celle que je croyais. C’est sans doute pour ça qu’il faisait encore si noir. Alors, j’ai tout laissé en plan et je suis... [Lire la suite]

20 septembre 2015

ne plus pleurer

Ce n’est pas vraiment que c’est trop triste et que je n’arrive pas à me contenir mais je ne fais que pleurer. Comme si un grand malheur m’était tombé sur le coin de la figure. Sur la tête. Comme si je vivais un grand chagrin d’amour. À mon âge… Non, si je ne fais que pleurer, c’est bien à cause de ce salopard d’allium cepa. Et encore, je dis salopard au singulier alors qu’ils sont nombreux. Souvent, il est tout seul et nous sommes face à face mais parfois, ils sont plusieurs et alors là, autant vous dire que le combat est inégal, je... [Lire la suite]
07 octobre 2014

terrorisme phlébotominal

Bien sûr, je n’ai pas le moindre sens des valeurs, je parle des échelles de valeur parce que ce que je vais dire, là, tout de suite, ça pourra sembler un peu démesuré par rapport à la réalité objective mais la réalité objective n’est pas la mienne. J’ai ma réalité objective qui s’annule aussitôt par ma réalité subjective. Et de ce fait, j’ai forcément raison dans ce que je vais traiter à partir du paragraphe suivant, celui-ci ne restant qu’une entrée en matière ou une espèce d’apéritif. Je voudrais évoquer un péril encore plus grand... [Lire la suite]