09 avril 2020

qu’est-ce que tu veux manger, Claude ? (billet garanti sans coronavirus)

Qu’est-ce que tu veux manger, Claude ? Oh n’importe, tu sais, moi ça m’est toujours égal, je mange ce qu’il y a mais quand même, de préférence, pas du poulet, on en a mangé encore hier. Bon d’accord, alors, je vais aller faire les courses et je préparerai en fonction de ce que je trouverai. Je ferais bien du poisson, tiens, suivant ce qu’il y aura chez Michel, puisque je passe devant sa boutique en allant chez le coiffeur. Ou plutôt en revenant car il ne sera pas ouvert quand j’irai mais quand j’en reviendrai, en plus, ça sera... [Lire la suite]

09 janvier 2020

dans mon entourage, il y en a 4, des Carlos

Dans mon entourage, j’avais déjà 3 Carlos, plus ou moins proches mais depuis aujourd’hui, conférence de presse oblige (je devais parler aux journalistes mais un autre mec m’a grillé la priorité, alors, comme il était plus fort, plus vieux et plus riche que moi, je l’ai partiellement écouté mais je n’en ai pas pensé moins…) Ces trois premiers Carlos, du plus lointain au plus proche, c’est le mari de l’ex-femme de ménage du patron. Un bonhomme qui vient du Portugal, qui parle à peine le français et qui est petit et rond comme une boule... [Lire la suite]
24 octobre 2019

cours de gym absolument individuel

Hier matin, j’avais rendez-vous avec Carlos, non pas le terroriste des années 70 et 80 ; non pas le chanteur décédé qui aimait faire tirelipimpon sur le chihuahua, tirelipimpon avec la tête avec les bras, tirelipimpon un coup en l’air, un coup en bas, touche mes castagnettes, moi je toucherai tes ananas ; non pas mon coiffeur qui est rue Costedoat, à Bordeaux ; non pas Carlos Ghosn, qui est l’ex patron de chez Renault, en prison au Japon, si je ne m’abuse ; non, j’avais simplement un cours de gym prévu avec mon... [Lire la suite]
22 mai 2019

toilettage à tous les étages

Cet après-midi, je vais chez le toiletteur. Plus par raison que par plaisir. Parce que comme je vais aller passer trois jours sur Paris, en début de semaine prochaine, je veux faire bonne impression. On ne sait jamais. Peut-être que je pourrais rencontrer un recruteur qui pourrait, à son tour, me proposer un boulot sur Bordeaux, bien payé, pas fatigant et tout et tout. Et comme j’ai l’air d’un baroudeur, depuis que j’ai arrêté de bosser (un baroudeur du dimanche, certes, mais un baroudeur quand même !), je me dis que comme je... [Lire la suite]
20 avril 2019

mes vieux dans ton regard

À force d’avoir dormi cent ans dans mon beau château, une fois que le prince est venu me réveiller pour me faire renaître au monde, j’ai réalisé que j’avais pris un coup de vieux. Un sacré coup de vieux. Des creux ici et là, dans mon visage que j’avais tant de peine à reconnaître (j’ai toujours du mal quand je me lève, tant que je n’ai pas bu un café, comme on dit, je ne suis bon à rien – ce n’est pas vrai mais j’aime bien l’idée de le dire quand même) et des rides, dans le cou, des cernes autour des yeux : « Mes yeux,... [Lire la suite]
24 février 2019

pas de promenade des chiens, ce matin

Pas de promenade des chiens, ce matin. Ils sont punis. Oui, ils sont punis. Pourquoi ? Parce que je l’ai décidé ainsi. Conjointement avec le patron. Après tout, on n’est pas non plus à leur disposition, on n’est pas leurs esclaves ? Ils ont besoin de faire caca ailleurs que dans la maison ? Il y a le bac à sable à l’entrée du jardin, à côté de la cabane à outils qui leur est réservé et Kali, elle sait très bien y aller. Bon, pour Shuka, c’est plus compliqué, lui, il fait un peu n’importe où, n’importe quand et surtout,... [Lire la suite]

21 février 2019

un jour, mon prince viendra

J’étais en train de profiter de faire mon ménage, avec ma blouse à petites fleurs et mon fichu sur la tête, bien déguisé en femme de ménage du siècle dernier quand je n’ai pas du tout vu de prince passer à cheval. Et justement, le fait de ne pas en voir un passer du tout, ça m’a mis la puce à l’oreille et je me suis dit qu’après une vie déjà bien remplie mais pas toujours de façon très efficace ou satisfaisante, pourquoi ça ne pourrait pas être mon tour. Alors, je suis allé retirer le bout de vieux tissu que j’avais pour cacher mes... [Lire la suite]
30 août 2016

il est revenu le temps du muguet

Mais t’étais où, dis-donc, Doudou ? Ben quoi, j’étais en week-end à Biscarrosse, je ne vois pas pourquoi tu as cet air affolé. Oui, c’est vrai, j’aurais pu vous le dire, j’aurais pu l’écrire dans mon blog, j’aurais pu faire passer un message au journal télévisé de France 2 mais non, j’avais juste envie de partir un peu plus de deux jours tranquillement, sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Juste mes parents qui l’ont appris pendant que j’étais là-bas, c’est te dire. Comment, tu es allé jusqu’au commissariat de... [Lire la suite]
26 juin 2016

à l'impossible, nul n'est tenu

Au lieu de dormir grassement jusqu’à 7 heures (pas trop après car sinon, ça devient indécent), ce matin, je me suis levé à 5h30. Parce que forcément, tous ces événements d’achat d’appartement qui traîne à cause de l’édition de l’offre de prêt définitive et de vente, enfin probablement validée, ça remue les neurones dans tous les sens. Entre inquiétude et excitation positive. Du coup, ça coupe le sommeil comme si le cerveau avait envie de couper les cheveux en quatre. Autant vous dire qu’il y a du boulot car, et ça fait longtemps que... [Lire la suite]
20 novembre 2015

petit précis de grammaire de fierté de la langue française et d’unité nationale

On ne dit pas : « tu as vu, la gueule aux terroristes, sur les photos, ils ressemblent vraiment à des gros cons » car c’est très malpoli et incorrect d’un point de vue grammatical. Pour montrer qu’on est bien plus intelligents qu’eux, il faut alors dire : « as-tu vu » (forme interrogative) et non « tu as vu », étant donné que l’on s’attend à une réponse de la part de l’interlocuteur « le faciès » ou « le visage » et non « la gueule », qui est très vulgaire, autant que... [Lire la suite]